E-mail urgent

Action urgente : Le droit de chasser doit être reconnu aux peuples indigènes

© Survival International

Dans le monde entier, des peuples indigènes sont accusés de braconnage parce qu’ils pratiquent une chasse de subsistance. Une telle prohibition viole leurs droits garantis par la législation internationale et les expose aux arrestations arbitraires, aux coups et à la torture.

S’ils sont les mieux placés pour prendre soin de l’environnement, ils sont souvent la cible de mesures anti-braconnage tandis que la cause principale de la disparition de la biodiversité, tels que l’exploitation forestière ou les réseaux de braconnage organisés, reste largement ignorée.

Le 25 mars, des représentants des pays du monde entier se réuniront lors d’une conférence de suivi sur le commerce illégal d’espèces sauvages au Botswana. Lors de la conférence de l’an dernier, le fait que des peuples indigènes qui chassent sur leur territoire pour nourrir leurs familles ne sont pas des braconniers n’avait même pas été mentionné.

Ecrivez aux représentants nord-américains et européens ainsi qu’au directeur général du WWF pour leur demander de veiller à ce que les peuples indigènes ne soient pas le point de mire de la lutte contre le commerce illégal d’espèces sauvages.

E-mails envoyés :  Aidez-nous à obtenir 10.000 emails !



A: M. Lenhardt, Mme Zeitler et M. Lambertini

Target email addresses:

CC email addresses: [email protected][email protected][email protected]

Madame, Messieurs,

Sachant que vous ou vos collaborateurs assisterez à la conférence de Kasane sur le commerce illégal d’espèces sauvages le 25 mars prochain, je souhaite attirer votre attention sur la situation des peuples indigènes qui pratiquent une chasse de subsistance et qui sont souvent accusés à tort de braconnage par les autorités et les organisations de conservation de la nature. Une telle prohibition viole leurs droits garantis par la législation internationale et les expose aux arrestations arbitraires et aux harcèlements, voire à la torture.

Je vous prie instamment d’intervenir auprès des membres de la conférence pour que soit explicitement reconnu le droit des peuples indigènes à pratiquer la chasse de subsistance.

Dans cet espoir, veuillez croire, Madame, Messieurs, à l’assurance de mes sentiments les meilleurs.