E-mail urgent

Laissons les Guarani vivre sur leurs terres !

Damiana Cavanha, leader de la communauté Apy Kay a vu trois de ses fils et son mari mourir.

Damiana Cavanha, leader de la communauté Apy Kay a vu trois de ses fils et son mari mourir.

© Paul Patrick Borhaug/Survival

Des Guarani au Brésil ont à nouveau été expulsés de leurs terres, leurs maisons ont été rasées, les laissant démunis en bordure de route.

Le 6 juillet 2016, une centaine de policiers ont procédé à l’expulsion des Guarani de la communauté d’Apy Ka’y de la minuscule parcelle de leurs terres ancestrales qu’ils avaient réoccupée en 2013.

Une vidéo montrant leurs maisons en train d’être détruites et la réaction de Damiana, leader de la communauté, ont provoqué l’indignation dans le monde entier.

Les Guarani luttent pour leur terre mais cette lutte a un prix. Damiana a perdu trois de ses fils, tous morts assassinés. Aujourd’hui, c’est elle qui est menacée par des hommes armés.

La pression exercée par Survival a contribué à annuler les ordres d’expulsion lancés contre d’autres communautés.
Faites entendre votre voix pour la communauté Apy Ka’y! Le destin des Guarani dépend de vous!

E-mails envoyés :  Aidez-nous à obtenir 15.000 emails !



A: André Mendonça

Target email addresses:[email protected][email protected]

CC email addresses: [email protected][email protected]

Cher Monsieur le Ministre André Mendonça,

Je suis consterné d’apprendre que les Guarani de la communauté d'Apy Ka’y ont encore une fois été expulsés.

S’ils ne sont pas autorisés à vivre sur leurs terres ancestrales, ils seront contraints de vivre dans des conditions déplorables au bord d'une route, où malnutrition et maladies sont monnaie courante et où d’autres Guarani ont déjà été tués.

Je vous prie instamment de respecter la Constitution brésilienne ainsi que les droits fondamentaux des Guarani en annulant cet ordre d’expulsion et en garantissant que leur territoire ancestral leur soit restitué de toute urgence.

Les Guarani ne devraient pas avoir à lutter et encore moins à souffrir pour obtenir ce qui leur revient de droit.

Dans cet espoir, je vous prie d’agréer, Monsieur le juge, l’expression de ma haute considération.