E-mail urgent

Respectez les droits des Bushmen à l’occasion des cinquante ans du Botswana

© Survival International

Il y a exactement 10 ans, la Haute Cour du Botswana a statué que les Bushmen avaient été expulsés illégalement de leurs terres ancestrales et a confirmé leur droit à y retourner et à y vivre en paix. Cependant, le gouvernement botswanais a totalement ignoré le verdict de la Cour et la majorité des Bushmen doivent aujourd’hui solliciter un permis mensuel pour rester sur leurs propres terres. Ils risquent 7 ans de prison s’ils s’y rendent sans autorisation.

Le gouvernement a également imposé une interdiction de chasse et une politique consistant à ‘tirer pour tuer’ les éventuels ‘braconniers’ alors que la Cour a estimé qu’empêcher les Bushmen de chasser représentait une atteinte à leur droit à la vie.

Les violations des droits des Bushmen ont été critiquées dans le monde entier, y compris par l’ONU et le Département d’Etat américain. Si le gouvernement n’y met pas un terme, il n’y aura bientôt plus aucun Bushman vivant sur la réserve.

Appelez le Président Khama et son frère, le Ministre botswanais de l’Environnement, à respecter la décision de la Cour à temps pour les commémorations du 50e anniversaire de l’indépendance du Botswana.

E-mails envoyés :  Aidez-nous à obtenir 2.000 emails !



A: President Ian Khama et HE Mr Tshekedi Khama

Target email addresses:[email protected][email protected][email protected]

Vos Excellences

J’ai été extrêmement préoccupé(e) d'apprendre que, 10 ans après le verdict de la Haute Cour du Botswana, la majorité des Bushmen de la Réserve du Kalahari central (CKGR) ne peuvent toujours pas vivre librement sur leurs terres ancestrales.

Seule une minorité des Bushmen ont accès à leur territoire et même leurs enfants sont obligés de demander un permis mensuel les autorisant à vivre sur la réserve lorsqu’ils atteignent l’âge de 18 ans. Si ce système perdure, il n’y aura plus aucun Bushman vivant sur la réserve quand cette génération disparaîtra. 

En outre, l’interdiction de la chasse imposée par le gouvernement botswanais criminalise les Bushmen car ils sont considérés comme des ‘braconniers’ quand ils chassent pour nourrir leurs familles. Pourtant, la Cour a statué que cette décision ‘revenait à les condamner à mort’.  

Je vous prie instamment de commémorer cette année historique en respectant pleinement la décision de la Cour d’ici le 30 septembre, jour de l’indépendance du Botswana.