E-mail urgent

Arrêtez les expulsions illégales

© Survival International

Aidez-nous à protester contre l’expulsion illégale des peuples autochtones et tribaux des réserves de tigres en Inde.

L’expulsion des peuples autochtones et tribaux n’est pas la solution pour sauver les tigres de l’extinction.

De nombreux peuples indiens vénèrent le tigre comme un dieu. Ils ont entretenu et protégé leurs forêts pendant des siècles, permettant ainsi aux tigres de survivre.

Malgré cela, les autorités expulsent des milliers de tribus de leurs terres. Dans le même temps, elles laissent entrer des centaines de milliers de touristes.

Ces expulsions sont illégales. Elles détruisent des vies. Et elles ne sauveront pas le tigre.

Comme l’a dit un militant soliga (peuple autochtone d’Inde) : « Si vous nous expulsez, les tigres disparaîtront. »

Les organisations de protection de la nature, telles que la Wildlife Conservation Society (WCS) et le WWF (Fonds mondial pour la nature), sont coupables de soutenir les expulsions, à la fois directement et indirectement. La WCS Inde a été à la tête de l’appel visant à relocaliser les peuples autochtones et tribaux hors des réserves de tigres.

Aidez-nous à mettre fin à ces expulsions en envoyant ce message aux ministres indiens de l’environnement et des forêts et des affaires tribales ainsi qu’aux responsables de la WCS et du WWF.



A: Messieurs les ministres de l'Environnement et des Forêts et des Affaires Tribales, Docteur Samper et Docteur Lambertini

Target email addresses:[email protected][email protected][email protected][email protected]

CC email addresses: [email protected][email protected]

Messieurs les ministres, Docteur Samper et Docteur Lambertini,

J'ai été choqué-e d'apprendre que plusieurs milliers de personnes appartenant à des peuples autochtones et tribaux sont menacées d'expulsion des réserves de tigres à travers l'Inde, notamment les réserves de tigres d'Achanakmar, de Nagarhole et d'Amrabad.

Les responsables des forêts utilisent la coercition, le harcèlement, les fausses promesses et les menaces pour amener les gens à "accepter" de quitter leur forêt. Ils ne les informent pas de leur droit de dire non. Les "relocalisations" dans ces conditions sont des expulsions illégales.

Selon le droit national et international, les peuples autochtones et tribaux ont le droit de rester sur leurs terres, y compris dans les zones protégées.

L'expulsion de personnes des réserves de tigres détruit des vies et c'est désastreux pour la conservation de la nature car les peuples autochtones et tribaux sont les meilleurs protecteurs de l'environnement.

Aucune relocalisation ne devrait avoir lieu sans le consentement libre, préalable et éclairé de la population. Ceux qui ont été expulsés de force doivent être autorisés à revenir.