E-mail urgent

Arrêtez l’offensive des 30%

© Kate Eshelby /Survival

Lors du prochain sommet de la Convention sur la diversité biologique, les dirigeants mondiaux prévoient de s’accorder pour transformer 30 % de la Terre en “aires protégées” d’ici 2030.

Les grandes ONG de protection de la nature affirment que cela permettra d’atténuer le changement climatique, de réduire la perte de la faune et de la flore, d’améliorer la biodiversité et donc de sauver notre environnement. Ils se trompent.

Les aires protégées ne sauveront pas notre planète. Au contraire, elles augmenteront la souffrance humaine et accéléreront ainsi la destruction des espaces qu’elles prétendent protéger, car l’opposition locale à leur égard ira croissant.

Ce sera le plus grand accaparement de terres de l’histoire humaine et cela privera des centaines de millions de personnes de leurs terres et les réduira à la pauvreté.

Aidez-nous à arrêter ce grand mensonge vert – le #BigGreenLie. Écrivez aux responsables de l’ONU, de l’Europe et du Royaume-Uni qui tiennent entre leurs mains le sort de millions de personnes.



A: Elizabeth Mrema

Target email addresses:[email protected][email protected]

CC email addresses: [email protected][email protected]

Madame Mrema, Madame Perianin, Monsieur Leiner,

Je suis très préoccupé·e par le projet consistant à réserver 30 % de la Terre pour en faire des aires protégées, qui sera certainement adopté lors du prochain sommet de la Convention sur la diversité biologique.

Pour les populations locales et autochtones d'Afrique et d'Asie, la création d’aires protégées sur leurs terres a eu pour conséquence la violence, la faim et un déclin de leur santé.

Ces aires protégées ont rarement été réalisées avec le consentement des communautés autochtones. Rien n'indique qu'il en sera autrement aujourd'hui. Il s'agira potentiellement du plus grand accaparement de terres de l'histoire, et cela spoliera des centaines de millions de personnes, tout cela au nom de la conservation de la nature. Et cela n'aidera pas l'environnement.

Nous vous exhortons à renoncer à l'objectif de 30 % tant que des mesures de protection à toutes épreuves en faveur des populations autochtones et d'autres communautés locales ne seront pas appliquées à toutes les aires protégées, à venir ou existantes. Les droits territoriaux des peuples autochtones et tribaux doivent être respectés.

Les peuples autochtones sont les meilleurs gardiens du monde naturel. Garantir la protection des terres autochtones doit être le principal mécanisme de préservation de la biodiversité.

Cordialement,