Depuis que leur maison est devenue une réserve de tigres, les Jenu Kuruba, comme tous les peuples autochtones et tribaux des réserves de tigres de toute l’Inde, sont victimes d’expulsions illégales et de mauvais traitements de la part des gardes forestiers. Ils sont harcelés, torturés et même abattus alors qu’ils vaquent à leurs occupations quotidiennes.

Alors que les Jenu Kuruba, qui vénèrent le tigre, sont chassés de leurs terres, les touristes sont les bienvenus.

Il s’agit là d’un nouvel exemple de conservation de la nature raciste et coloniale qui détruit la vie des peuples autochtones du monde entier. Ce modèle est un désastre pour la planète et pour les peuples autochtones – les meilleurs gardiens de la nature.

Aujourd’hui, des centaines de Jenu Kuruba du parc national de Nagarhole, en Inde, ont risqué leur vie en organisant une manifestation massive contre ce vol de terres et pour le droit de rester dans leur forêt.

La Wildlife Conservation Society (WCS) soutient l’expulsion des Jenu Kuruba. Elle est à l’origine des appels à l’expulsion des peuples autochtones des réserves de tigres en Inde.

Les Jenu Kuruba demandent simplement ce que les lois indiennes et internationales reconnaissent déjà : que leurs droits de vivre dans leur forêt soient respectés, que ceux qui ont été illégalement expulsés soient autorisés à revenir et qu’aucun projet de conservation de la nature ne puisse avoir lieu sur leurs terres sans leur consentement.

Pendant la manifestation, le gouvernement local a déclaré que toutes les demandes des Jenu Kuruba seraient satisfaites. Dans l’Inde de Modi, toute protestation est dangereuse, et les Jenu Kuruba ont pris de grands risques en s’exprimant. Soutenez-les et écrivez au gouvernement pour vous assurer que ces promesses seront tenues.