Peuples non contactés

Qui sont-ils?

Il y a plus de cent peuples non contactés à travers le monde

Les peuples non contactés ne sont pas des reliques primitives d'un passé révolu. Ils sont nos contemporains et représentent une part essentielle de la diversité de l'humanité. Là où leurs droits sont respectés, ils continuent à prospérer.

Carte du monde

Indiens isolés du peuple mashco-piro sur une berge près du parc national de Manú au Pérou, 2011. © Jean-Paul Van Belle

Abris construits par des membres d'un peuple isolé au Pérou. © C Fagan/Round River Conservation Studies

Prise de vue aérienne d'autochtones isolés au Brésil. Les photos, qui datent d'une expédition du gouvernement brésilien en 2010, révèlent une communauté prospère et en bonne santé avec des paniers remplis de manioc et de papayes fraîchement cueillies dans leurs jardins. Ils possèdent également des pots en métal et des couteaux, probablement obtenus à travers des échanges intertribaux. © G. Miranda/FUNAI/Survival

Cet homme, peint à la graine de rocou, se trouve dans le jardin de la communauté, entouré de bananiers et de rocous. (Acre, Brésil) © G. Miranda/FUNAI/Survival

Cette image d'un membre du peuple kawahiva au Brésil a été prise lors d'une rencontre fortuite avec une équipe du département des affaires autochtones. Après avoir remarqué qu'il était surveillé, l'homme s’est enfui. © FUNAI

Les Sentinelles vivent sur une île boisée de l'océan Indien et résistent à tout contact avec les étrangers. Il s'agit du peuple le plus isolé sur Terre. D'après ce qu'ils peuvent voir de loin, les observateurs notent que les Sentinelles ont l'air en excellente santé, contrairement aux peuples voisins dont les terres ont été envahies. Ce membre de la tribu tire des flèches sur un hélicoptère de surveillance. © Indian Coastguard/Survival

Des autochtones isolés ont pris contact en juin 2014 avec une communauté ashaninka établie près de la frontière entre le Brésil et le Pérou. Ils avaient l'air jeunes et en bonne santé, mais ont signalé des incidents choquants de massacres de leurs proches âgés. Suite au premier contact, les Ashaninka ont contracté une infection respiratoire et ont été traités par une équipe médicale. © FUNAI/Survival

Gardiens

Les peuples autochtones sont les meilleurs gardiens du monde naturel et les preuves montrent que les territoires autochtones sont le meilleur rempart contre la déforestation. Cette photo présente le territoire d'un peuple isolé tel un ilot de forêt verte au milieu d'une mer de déforestation (la ligne orange représente la démarcation du territoire).

La meilleure façon d'empêcher la destruction de la forêt amazonienne est de faire campagne pour les droits territoriaux des peuples non contactés.

Diversité

Les peuples non contactés ont développé des modes de vie entièrement autosuffisants et d'une extraordinaire diversité. Ils apportent énormément à la richesse de la vie humaine.

Les Awá isolés de l'Amazonie brésilienne utilisent la résine de l'arbre maçaranduba pour faire du feu et éclairer leurs maisons, ainsi que pour chasser la nuit. Ils sont capables de construire leur habitat en quelques heures à peine – à partir de lianes, de feuilles et de troncs d'arbres.

Les Kawahiva isolés construisent des échelles complexes dans les arbres pour récolter du miel dans les nids d’abeilles. Ils fabriquent également des pièges pour attraper du poisson dans les ruisseaux près de leurs campements.

Un homme isolé connu sous le nom de « Dernier de sa tribu » creuse des fosses profondes dans lesquelles il place des pointes acérées pour capturer de grandes proies.

Savoir

Le savoir irremplaçable des peuples non contactés s’est développé sur des milliers d’années. Ils ont une parfaite connaissance de leur monde naturel à travers la sagesse botanique et zoologique, et ils ont recours à des solutions uniques pour un mode de vie durable. De nombreux médicaments utilisés en médecine occidentale proviennent de peuples autochtones et ont sauvé des millions de vies. Les peuples non contactés sont susceptibles de détenir la clé de nombreux autres secrets que contiennent leurs forêts.

Territoire autochtone des Tanaru

Les peuples autochtones sont les meilleurs gardiens du monde naturel et les preuves montrent que les territoires autochtones sont le meilleur rempart contre la déforestation. Cette photo présente le territoire d'un peuple isolé tel un ilot de forêt verte au milieu d'une mer de déforestation (la ligne orange représente la démarcation du territoire).

La meilleure façon d'empêcher la destruction de la forêt amazonienne est de faire campagne pour les droits territoriaux des peuples non contactés.

© G. Miranda/FUNAI/Survival

Les peuples non contactés ont développé des modes de vie entièrement autosuffisants et d'une extraordinaire diversité. Ils apportent énormément à la richesse de la vie humaine.

Les Awá isolés de l'Amazonie brésilienne utilisent la résine de l'arbre maçaranduba pour faire du feu et éclairer leurs maisons, ainsi que pour chasser la nuit. Ils sont capables de construire leur habitat en quelques heures à peine – à partir de lianes, de feuilles et de troncs d'arbres.

Les Kawahiva isolés construisent des échelles complexes dans les arbres pour récolter du miel dans les nids d’abeilles. Ils fabriquent également des pièges pour attraper du poisson dans les ruisseaux près de leurs campements.

Un homme isolé connu sous le nom de « Dernier de sa tribu » creuse des fosses profondes dans lesquelles il place des pointes acérées pour capturer de grandes proies.

© Peetsa/FUNAI/CGIIRC Archive

Le savoir irremplaçable des peuples non contactés s’est développé sur des milliers d’années. Ils ont une parfaite connaissance de leur monde naturel à travers la sagesse botanique et zoologique, et ils ont recours à des solutions uniques pour un mode de vie durable. De nombreux médicaments utilisés en médecine occidentale proviennent de peuples autochtones et ont sauvé des millions de vies. Les peuples non contactés sont susceptibles de détenir la clé de nombreux autres secrets que contiennent leurs forêts.

Que signifie « peuples non contactés » ?

Ce sont des peuples autochtones qui n'ont aucun contact pacifique avec quiconque dans la société dominante. Il peut s'agir de peuples entiers ou de plus petits groupes issus de peuples déjà contactés.

Cela signifie—t-il qu'ils n'ont absolument aucun contact avec l’extérieur ?

Non. Tout le monde a des voisins, même quand ils se trouvent à une certaine distance, et ils savent qui ils sont. S'il s'agit d'un autre peuple autochtone, peut-être lui aussi isolé, ils peuvent avoir ou non des relations amicales avec eux.

Ont-ils déjà été en contact ?

Dans certains cas, probablement. Certains ont peut-être été en contact avec la société colonisatrice par le passé avant de tourner le dos à la violence qui en a résulté. D'autres ont peut-être fait partie de groupes autochtones plus vastes avant de se séparer et de s'éloigner, fuyant le contact.

Donc ils ne vivent pas nécessairement comme ils le faisaient il y a plusieurs siècles ?

Personne ne le fait. Certains groupes amazoniens détenaient même des armes à feu, issues des échanges intertribaux, avant même de rencontrer un non-autochtone. La plupart des peuples non contactés utilisent des outils en métal, qu'ils ont trouvés, volés ou échangés avec leurs voisins, depuis de nombreuses années voire des générations. Les peuples non contactés des îles Andaman, par exemple, utilisent des morceaux de métal provenant de vieilles épaves.

Génocide  →
 

Faites un don

Nous refusons toute subvention gouvernementale : nous dépendons de vous.

Don
 

Agissez

Aidez-nous à collecter des fonds, prenez part à nos campagnes et parlez-en autour de vous.

Agir