Visite exceptionnelle du 'dalaï-lama de l'Amazonie' à San Francisco

Le chamane yanomami Davi Kopenawa se rendra en Californie en avril prochain pour parler de son rapport avec le monde spirituel et de lurgente nécessité de protéger les forêts tropicales du monde.

Le chamane yanomami Davi Kopenawa se rendra en Californie en avril prochain pour parler de son rapport avec le monde spirituel et de lurgente nécessité de protéger les forêts tropicales du monde.

© Fiona Watson/Survival

Un chamane amazonien, porte-parole des Indiens yanomami du Brésil, effectuera une visite exceptionnelle en Californie, en avril prochain, pour parler de son lien avec le monde des esprits et prononcer un plaidoyer sur l’urgente nécessité pour les générations futures de protéger les forêts tropicales du monde.

Ce sera une rare occasion d’entendre le message qu’un Indien adresse au monde du cœur de la forêt amazonienne.

Davi Kopenawa, qui est considéré comme le ‘dalaï-lama de la forêt amazonienne’, fera la promotion de l’édition anglophone de son livre La chute du ciel paru en français en 2010 dans la collection Terre Humaine. Il donnera une conférence à la galerie Crown Jewel Exhibit du Presidio de San Francisco qui exposera des photos des Yanomami et de leur terre. Parmi plusieurs événements prévus dans le cadre de sa visite, il donnera une conférence à l’Université de Californie, Berkeley, en honneur de Nelson Mandela.

Regardez Davi parler de son livre ‘La chute du ciel’ et lire des extraits (en anglais) ici.

La chute du ciel

Le chamane yanomami Davi Kopenawa parle de son nouveau livre La chute du ciel

Davi est convaincu que les peuples indigènes sont souvent les meilleurs gardiens de leurs terres. Il l’exprime ainsi : ‘Vous les Blancs, avez des écoles, mais vous n’y apprenez pas comme nous comment prendre soin de la forêt. Il est très important que les gouvernements du monde entier nous écoutent, nous, les peuples indigènes, qui vivons sur ces terres depuis des milliers d’années’.

Davi Kopenawa et Survival International ont été à l’avant-garde de la campagne internationale pour la reconnaissance officielle du territoire yanomami suite à son invasion dévastatrice, par des chercheurs d’or dans les années 1980, qui a conduit à la mort par épidémies et violences d’un cinquième des Yanomami du Brésil. Suite à cette campagne, le territoire yanomami fut reconnu par décret en 1992.

Mais l’orpaillage clandestin continue et un projet de loi controversé en cours de discussion au Parlement brésilien pourrait ouvrir le territoire yanomami à l’exploitation minière à grande échelle, ce qui serait dévastateur et introduirait une fois de plus des maladies dangereuses pour ce groupe isolé. Les compagnies minières ont déjà déposé plus de 650 demandes de licences d’exploitation en territoire yanomami.

Davi a fondé l’association yanomami Hutukara et a reçu le prix Global 500 des Nations-Unies pour sa contribution à la préservation de l’environnement. Au cours de ses visites à l’étranger, il s’est exprimé devant les Nations-Unies à Genève et à New York et a rencontré des personnalités comme Al Gore, le prince Charles, ou l’ancien secrétaire général des Nations-Unies, Javier Pérez de Cuéllar.

Davi a été à lavant-garde de la campagne pour les droits territoriaux yanomami et a rencontré de nombreuses personnalités, comme Al Gore, le prince Charles, ou le Secrétaire général des Nations-Unies.

Davi a été à lavant-garde de la campagne pour les droits territoriaux yanomami et a rencontré de nombreuses personnalités, comme Al Gore, le prince Charles, ou le Secrétaire général des Nations-Unies.
© Survival

Davi sera accompagné par Fiona Watson, directrice de recherche à Survival, qui coordonne depuis de nombreuses années les campagnes pour la reconnaissance des droits des peuples indigènes du Brésil, du Venezuela et du Botswana. Elle connaît Davi depuis plus de vingt ans. Elle a déclaré aujourd’hui : ‘La visite de Davi aux Etats-Unis arrive à un moment crucial pour les Indiens du Brésil au moment où le Congrès et le gouvernement brésiliens cherchent à affaiblir leurs droits durement acquis. Tandis que le Brésil se prépare à accueillir la Coupe du monde, il est essentiel que les citoyens américains et tous ceux qui, à travers le monde, sont sensibles au sort des peuples indigènes, les rejoignent et se rallient à leurs luttes, comme celle que Davi mène pour protéger la forêt et ses habitants’.

En savoir plus et être tenu au courant en temps réel de la tournée de Davi, cliquez ici (page en anglais).

Note aux rédactions :
• Les Yanomami sont l’un des plus grands peuples isolés d’Amérique du Sud. Ils vivent dans les forêts tropicales et les montagnes du nord du Brésil et du sud du Venezuela. Ils sont environ 35 000 et leurs deux territoires confondus représentent la plus grande zone forestière directement administrée par des peuples indigènes, équivalente à la superficie de l’Etat du Missouri ou à deux fois celle du Portugal.
• Davi Kopenawa est disponible pour des interviews, contactez Kayla Wieche pour plus d’informations ;
La chute du ciel, a été écrit en collaboration avec l’anthropologue Bruce Albert auquel le lie une amitié de plus de 30 ans. Il est le premier livre écrit par un Indien yanomami et a été classé parmi les 10 meilleurs ouvrages scientifiques de 2013 par le magazine New Scientist. Emaillé de visions chamaniques et de méditations ethnographiques à propos des Blancs, son récit débouche sur un appel prophétique qui annonce la mort des chamanes et la chute du ciel pour dénoncer la dévastation de la forêt amazonienne par l’absurde avidité de ceux qu’il nomme le ‘peuple de la marchandise’.
• Davi et Fiona Watson participeront aux événements publics suivants : (inscrivez-vous ici pour les mises à jour)
– Presidio de San Francisco : ‘Parcs nationaux amazoniens, droits fonciers et avenir des peuples indigènes’, 24 avril 2014 à 19 heures.
– Université de Californie, Berkeley, le 28 avril
– Emerald Tablet en collaboration avec la librairie City Lights, le 30 avril à 19 heures.