La Cour suprême confirme une condamnation pour génocide

La plus haute Cour du Brésil, la Cour fédérale suprême, a maintenu hier, à l'unanimité, la condamnation pour génocide de quatre chercheurs d'or qui avaient assassiné 16 Indiens yanomami en 1993.  

Les avocats des chercheurs d'or avaient fait appel du premier verdict rendu par un juge fédéral, par la suite confirmé par le tribunal le plus important du Brésil. Cette affaire est désormais close.

22 chercheurs d'or qui travaillaient illégalement dans la région avaient massacré 16 Yanomami de la communauté de Haximú à la frontière du Venezuela. Au cours d'une violente attaque, les mineurs avaient abattu des personnes âgées, des femmes et des enfants, ainsi qu'un nourrisson, à coups de machette.

Quatre chercheurs d'or avaient été condamnés à 19 et 20 ans de prison pour ‘génocide' et continuent actuellement de purger leurs peines. La Convention des Nations unies sur le génocide, ratifiée par le Brésil, stipule que le meurtre ‘avec intention de détruire, totalement ou en partie, un groupe national, ethnique, racial ou religieux' relève du génocide.   

Le jugement de la Cour suprême est un signe fort et donne un sérieux avertissement à ceux qui continuent de commettre des crimes à l'encontre des peuples indigènes au Brésil.