Une épidémie frappe des Indiens d’Amazonie

Les Nukak, ce groupe d'Indiens nomades qui avait fui son territoire ravagé par la guerre civile, sont frappés par une épidémie de grippe. Près d'un quart du groupe a déjà été atteint et trois personnes au moins ont été hospitalisées dans la ville la plus proche.

Les spécialistes craignent de nouvelles épidémies tant que les Nukak ne pourront retourner sur leur propre territoire. La grippe et la malaria ont déjà décimé la moitié du groupe depuis son premier contact avec le monde extérieur, en 1988 ; seuls 500 Nukak ont survécu.

Cette épidémie est survenue après le déplacement des Nukak de leur camp de réfugiés situé dans les faubourgs d'une ville vers un nouveau campement dans la forêt.

Ce nouvel emplacement ne représente que 2% de leur territoire traditionnel et ils continuent de vivre dans la crainte du conflit armé qui oppose l'armée colombienne, les groupes paramilitaires et la guérilla. Des experts sanitaires ont signalé le danger épidémiologique que représente la sédentarisation dans un lieu unique de ces quelque 200 Indiens qui vivent traditionnellement en petits groupes nomades.

Tandis que le territoire traditionnel des Nukak regorge de ressources naturelles, leur nouveau campement est pauvre en nourriture sauvage, les arbres nécessaires à la fabrication de leurs sarbacannes y sont absents et les rivières ne sont pas riches en poissons.

Stephen Corry, directeur de Survival International, a déclaré aujourd'hui : ‘Si le gouvernement colombien ne prend pas immédiatement les mesures nécessaires pour pemettre aux Nukak de retourner sur leur propre territoire, ils ne survivront pas longtemps'.

Photos disponibles.
Un chargé de campagne de Survival s'est récemment rendu sur place.

Pour plus d'informations
Magali Rubino 
00 33 (0)1 42 41 44 10
[email protected]