Le territoire des Indiens en danger

Le cœur du territoire des derniers Indiens non contactés du Sud du bassin amazonien risque d'être détruit.

De puissantes compagnies foncières tentent de faire modifier les injonctions protégeant le territoire des Indiens.

Bien qu'elles soient constamment transgressées, ces injonctions représentent actuellement la seule protection des dernières parcelles de forêt des Indiens ayoreo-totobiegosode, déjà traversées par de grandes routes.

La plus grande partie du territoire des Indiens appartient à la société paraguayenne Jaguarete Pora SA, née de la fusion des compagnies Luna Park International Ltda. et Itakyry SRL, précédentes propriétaires de la zone.

Selon la législation paraguayenne, cette zone, qui représente la dernière partie intacte de la forêt des Ayoreo, aurait dû être reconnue depuis des années comme appartenant aux Indiens. Pourtant, Jaguarete tente par tous les moyens d'obtenir le permis de dégager la zone au bulldozer et d'y introduire des activités d'élevage, ce qui a déjà détruit une grande partie du territoire des Ayoreo.

Bien que la plupart des Ayoreo, dont des membres du sous-groupe des Ayoreo-Totobiegosode, aient des contacts avec le monde extérieur depuis de nombreuses années, on estime que plusieurs groupes vivent toujours isolés dans la forêt.

Le dernier groupe connu est sorti de la forêt en 2004 à la recherche d'eau, après que des colons se soient approprié leurs points d'eau pour leurs activités d'élevage.