un an après leur victoire judiciaire, les Bushmen ne sont toujours pas rentrés chez eux

Le 13 décembre marquera le premier anniversaire de la victoire judiciaire des Bushmen du Kalahari devant la Haute Cour du Botswana. Le gouvernement botswanais n’a cependant toujours pas appliqué le jugement et la plupart des Bushmen croupissent encore dans les camps de relocalisation.

La Cour a jugé que l’expulsion des Bushmen avait été « illégale et anticonstitutionnelle » et qu’ils avaient le droit de vivre dans leur territoire ancestral de la Réserve naturelle du Kalahari central et d’y pratiquer la chasse et la cueillette.

Le gouvernement refuse toujours de permettre aux Bushmen de chasser et a renforcé sa répression : en 2007, 53 Bushmen au moins ont été arrêtés pour avoir chassé et un grand nombre d’entre eux a été torturé. Il leur interdit également l’accès à leurs réserves d’eau à l’intérieur de la réserve.

Les Bushmen ont été déportés à bord de camions où avaient été entassés leurs biens et leurs huttes démontées. En revanche, le gouvernement ne leur a fourni aucune assistance pour effectuer le long chemin de retour à travers le désert du Kalahari.

Depuis le jugement de la Haute Cour, le gouvernement a donné son accord au projet – estimé à 2,2 milliards de dollars – d’une gigantesque mine de diamants sur le territoire ancestral des Bushmen.

Stephen Corry, directeur de Survival International, a déclaré aujourd’hui : «Ce que semble exprimer le gouvernement botswanais par son attitude est que les Bushmen ont le droit de manger et de boire dans les camps gouvernementaux mais pas sur leur territoire ancestral, ce qui équivaut à les condamner à mort

Un dossier de presse sur le procès Bushmen est disponible à cette adresse :
https://www.survivalfrance.org/dossierbushmen

Pour plus d’informations
Magali Rubino 00 33 (0)1 42 41 44 10
[email protected]