Le Congrès rejette une loi destinée à protéger des Indiens isolés

Le Congrès paraguayen a rejeté hier une loi portant sur la protection du territoire des derniers Indiens isolés situés au sud du bassin amazonien. Cette décision laisse les Indiens à la merci des éleveurs de bétail qui ont illégalement acheté ces terres et ont déjà commencé à les défricher.

Ces Indiens, qui appartiennent au groupe des Ayoreo, vivent dans les forêts denses du Paraguay occidental. Chasseurs-cueilleurs nomades, ils se nourrissent du gibier (cochons sauvages, tamanoirs et tatous) qui abonde dans la région, récoltent le miel sauvage et pratiquent l'horticulture.

La plus grande partie du groupe a été repoussée hors de la forêt mais un nombre inconnu d'Ayoreo résiste encore au contact avec le monde extérieur. Leurs terres sont protégées par des arrêtés censés empêcher la déforestation. Selon la législation paraguayenne, les Indiens ont le droit de posséder leur propre territoire.  
 
De grandes compagnies brésiliennes et paraguayennes ont acquis illégalement les terres ayoreo et ont déjà commencé à les défricher. La loi qui a été rejetée hier au Congrès devait transférer les titres de propriété de ces terres aux Ayoreo.

Stephen Corry, directeur de Survival International, a déclaré : ‘C'est un jour sombre pour les Ayoreo qui viennent de perdre leur ultime chance de se défendre face aux éleveurs qui ont déjà défriché une grande partie de leur territoire. Mais c'est également un jour sombre pour le Paraguay qui a laissé échapper l'occasion d'adopter un comportement éclairé face à la frange la plus vulnérable de sa population'.

Pour plus d'informations :
Magali Rubino :  01 42 41 44 10 
[email protected]