La politique britannique des droits de l’homme jugée ‘contradictoire et

Les peuples indigènes ont choisi la journée du Commonwealth, le 14 mars,
pour prendre à partie le gouvernement britannique qui bloque la
reconnaissance de leurs droits aux Nations-Unies. ‘La politique britannique
des droits de l'homme concernant les peuples indigènes est contradictoire et
scandaleuse' a déclaré Dalle Sambo Dorough, porte-parole inuit.

La décennie internationale des peuples autochtones décrétée par les
Nations-Unies s'est terminée en décembre dernier sans réel progrès sur son
principal objectif, la Déclaration des droits des peuples autochtones. Cet
instrument, qui représente pourtant l'avancée la plus significative de ces
50 dernières années en matière de droits des peuples indigènes, n'a pas vu
le jour, comme prévu, au terme de la décennie. L'opposition de plusieurs
gouvernements, dont le Royaume-Uni, la France ou les Etats-Unis, qui en
retardent le processus, pourrait avoir de graves conséquences sur les
peuples indigènes.

En contestant la notion de ‘droits collectifs', ces gouvernements retardent
les travaux de la Déclaration, l'exercice de ces droits étant conditionné à
celui de tous les autres. Le gouvernement britannique est notamment en
flagrante contradiction avec des siècles de politique coloniale qui
reconnaissait, comme des accords de nation à nation, les traités passés
entre la Couronne et les indigènes des pays aujourd'hui membres du
Commonwealth.

Le grand chef Ted Moses du Grand Conseil Cree (Canada) dénonce ‘le
gouvernement Blair [qui] continue à nier nos droits collectifs; en soutenant
que les peuples indigènes devraient se conformer à la vision individuelle
des droits de l'homme, l'arrogance du gouvernement britannique atteint son
apogée'.

Le gouvernement britannique considère en effet que seuls des droits
individuels devraient être reconnus aux peuples indigènes, ce qui
entraînerait inévitablement la division de leurs terres et, à terme, leur
disparition en tant que possession collective.

Survival International lance une campagne internationale de lettres à
l'attention de Tony Blair concernant l'opposition de son gouvernement à la
reconnaissance, par les Nations-Unies, des droits des peuples autochtones.

Pour plus d'information, contacter :
Magali Rubino :  01 42 41 44 10 ou [email protected]