Les droits territoriaux des Guarani-Kaiowá enfin reconnus

Les Guarani-Kaiowá de la communauté de Cerro Marangatu au Brésil viennent de reconquérir leur terre perdue depuis 50 ans. La semaine dernière, le ministre de la justice brésilien signait l'acte de démarcation d'un territoire de 9 300 hectares incluant la région du Cerro Marangatu dont ils avaient été dépossédé par des éleveurs dans les années 1950.

Depuis plusieurs décennies, les 400 Guarani-Kaiowá du Cerro Marangatu vivaient entassés sur une parcelle de 9 hectares dans des conditions misérables. La privation de leur terre a entraîné famines et bouleversements sociaux; de jeunes enfants sont morts de malnutrition, tandis que d'autres mettaient fin à leur vie par désespoir. Lorsque la démarcation (processus de reconnaissance des territoires indigènes au Brésil) sera effectuée, les Guarani-Kaiowá du Cerro Marangatu pourront enfin reconstruire leur communauté.

Pour d'autres communautés guarani-kaiowá, la lutte pour les droits territoriaux continue. Les Guarani de Takuára sont réduits à vivre le long d'une route depuis qu'ils ont été expulsés de leurs terres par les forces policières et militaires. Un leader indigène de Takuára, Marcos Veron, avait alors déclaré : 'Ma vie est ici. Mon âme se trouve ici. Si vous me privez de ma terre, vous me prenez ma vie'. Son fils vient de nous apprendre que Marcos Veron ne voit aujourd'hui d'autre issue à sa situation que le suicide.

Les Guarani présentent le taux de suicide le plus élevé au monde. Plus de 330 Indiens (dont de nombreux enfants) sur une population de 30 000 personnes se sont donné la mort durant ces 17 dernières années.

Survival mène campagne en faveur des Guarani-Kaiowá depuis plusieurs années. Stephen Corry, directeur général de l'organisation a déclaré aujourd'hui : 'La reconnaissance officielle par le gouvernement brésilien du Cerro Marangatu représente une grande victoire pour les Guarani-Kaiowá. Elle donne de l'espoir aux communautés dont les droits à vivre en paix sur leur terre sont toujours déniés.'


Photos et extraits de films disponibles sur demande.
Pour toutes informations complémentaires
contacter :
à Londres : Sophie Thomas 44 20 7687 8731
[email protected]
à Paris : Céline Cheret ou Pierre Sécher  33 (0)1 42 41 44 10
[email protected]