Des enfants indiens meurent de faim.

Trois enfants guarani sont morts de faim depuis le début de l'année et des centaines d'autres souffrent de malnutrition chronique. Entassés sur de petites parcelles de terre, les Indiens n'ont nulle part où chasser, pêcher ni même cultiver un jardin.

Selon des statistiques officielles, 15 enfants guarani sont morts de faim en 2004. Le gouvernement a annoncé une augmentation du nombre d'enfants recevant une aide alimentaire mais il continue d'ignorer les véritables causes de cette crise, à savoir le manque de terre. Depuis 70 ans, des milliers de Guarani ont été expulsés de leurs terres par les planteurs de soja et les éleveurs de bétail. Ils n'ont pu conserver que moins de 1% de leur forêt d'origine et sont aujourd'hui confinés dans de petites réserves. Cette situation génère suicides, violences et alcoolisme.

En même temps, dans un surprenant revirement, les tribunaux se préparent à expulser une communauté guarani qui, au péril de sa vie, a réoccupé une mince portion du territoire qui jadis lui appartenait. Cette terre, que les Guarani nomment ‘Nanderú Marangatú' est toujours occupée par un éleveur qui menace régulièrement les Indiens. Ces derniers ont commencé à y cultiver quelques parcelles pour assurer leur subsistance. Leur expulsion les condamnerait à retourner vivre sur un minuscule terrain où leur survie serait compromise. Survival a protesté contre cette menace d'expulsion.

Pour en savoir plus sur les Guarani cliquez ici