Des casernes sur les terres indiennes

Le territoire yanomami est à nouveau remis en question après que le ministre de la défense ait évoqué une 'erreur' concernant sa démarcation et manifesté l'urgence de le 'réviser', ce qui, en clair, signifie le réduire. Les Yanomami sont entièrement dépendants de cette réserve qui a été établie en 1992 à la suite d'une longue campagne internationale menée par l'ONG brésilienne de soutien aux Yanomami, la CCPY, en coordination avec Survival. La réduction de ce territoire, qui permettrait à nouveau l'invasion d'orpailleurs et d'exploitants forestiers représenterait une catastrophe pour les Indiens yanomami;

Une autre menace provient de l'installation récente de trois casernes militaires sur le territoire. La présence des soldats constitue un danger sanitaire pour les Indiens, notamment avec la propagation des maladies sexuellement transmissibles. La construction d'une quatrième caserne près du village près du village yanomami d'Ericó est d'ores et déjà planifiée. En fait, l'armée a annoncé son intention de constuire une série de casernes le long de la frontière nord brésilienne. Ce qui entraînerait inévitablement de graves pertubations au sein des communuatés yanomami etde leurs voisins, les Makuxi.