Des commentaires racistes sur la BBC alimentent les stéréotypes sur les Indiens d’Amazonie

Les Yanomami ont été qualifiés de 'peuple le plus misérable de la planète' dans une émission à caractère raciste et insultant de la BBC le 29 mai dernier. La remarque faite par Dirk Wittenborn, auteur de Fierce People (Peuple féroce) était sans fondement. De tels commentaires ont, par le passé, été extrêmement nocifs pour les Yanomami. Survival a l'intention de porter plainte.

Le jugement que porte Wittenborn sur les Yanomami est fondé sur les thèses très contestées de l'anthropologue Napoleon Chagnon, dont le travail a été sévèrement critiqué et discrédité par les anthropologues spécialistes des Yanomami (dont notre vice-président Bruce Albert) qui le décrivent comme partial et inventé.

La représentation des Yanomami comme un peuple 'féroce' et ‘misérable' leur a fait un tort considérable durant ces dernières décennies. Dans les années 1970, l'anthropologue britannique Sir Edmund Leach refusa de soutenir les droits territoriaux des Yanomami pensant qu'ils 's'entretueraient' et le gouvernement anglais rejeta la proposition de financement d'un programme d'éducation dans les années 1990 affirmant que les projets prioritaires à entreprendre étaient ceux qui 'réduiraient la violence' chez les Yanomami.

Plus de 20 % des Yanomami furent emportés par les épidémies et l'empoisonnement au mercure consécutifs à l'invasion de leurs terres durant les années 1990. Ils furent massacrés par les chercheurs d'or qui envahissaient leurs terres dont on ne leur reconnaissait pas la propriété alors qu'ils les occupent depuis des milliers d'années. Plus généralement, la représentation des peuples indigènes comme 'primitifs de l'âge de pierre' et ‘inchangés depuis des siècles'  leur est extrêmement préjudiciable et est couramment utilisée pour 'justifier' les politiques racistes à leur égard.