Un an après l'extinction des Bo, une autre tribu andamanaise est en danger

Boa Sr était la dernière survivante de la tribu bo.
Boa Sr était la dernière survivante de la tribu bo.
© Alok Das

Un an après la mort de la dernière représentante de la tribu bo des îles Andaman, le sort de la tribu voisine des Jarawa suscite l’inquiétude de Survival.

Si Boa Sr, décédée le 26 janvier 2010 à l’âge d’environ 85 ans, était l’unique survivante de sa tribu, les Jarawa qui résistent farouchement à leurs envahisseurs depuis leur premier contact en 1998, représentent une population d’environ 365 personnes.

Aujourd’hui, la route illégale qui traverse la forêt des Jarawa est empruntée par les nombreux braconniers et touristes qui envahissent leur terre. Les braconniers chassent le gibier dont les Jarawa dépendent pour leur survie et comme les touristes, ils risquent d’introduire des maladies contre lesquelles la tribu n’a aucune immunité. Survival exhorte le gouvernement indien à fermer définitivement cette route et à interdire l’accès de cette forêt à tous les étrangers à la région.

Le mois dernier, le député des îles Andaman, fervent partisan du maintien de la route, a appelé le gouvernement indien à ‘civiliser’ les Jarawa.

Les Bo, les Jarawa et leurs voisins vivent dans les Iles Andaman depuis environ 55 000 ans, représentant ainsi les descendants de l’une des plus anciennes cultures humaines de la planète.

Les Bo étaient l’une des dix tribus aujourd’hui connues sous le nom générique de Grands Andamanais. La plupart d’entre eux ont été tués ou ont succombé aux maladies transmises par les Britanniques qui ont colonisé l’île en 1858. Ceux-ci ont tenté de les ‘civiliser’ en les capturant et les plaçant dans des lieux d’accueil, les ‘homes andamanais’, où nombre d’entre eux sont morts.

Sophie Grig, chargée de campagne à Survival, a déclaré aujourd’hui : ‘Les Jarawa sont parfaitement capables de décider de leur propre avenir, à condition que la forêt dont ils dépendent soit protégée et qu’ils ne soient pas forcés de vivre comme certains le décident. L’Histoire a montré que toutes les tentatives d’imposer le développement aux peuples indigènes et de les expulser de leurs terres se sont avérées désastreuses’..

Les chercheurs de Survival, spécialistes des îles Andaman, sont disponibles pour interview.