Une tribu isolée tue des envahisseurs

Le 26 janvier dernier, des Sentinele des îles Andaman, appartenant à l'une des tribus les plus isolées au monde, ont tué deux pêcheurs qui s'étaient illégalement approché de leur île. Les Sentinele, qui résistent au contact avec le monde extérieur depuis près de 60 000 ans, avaient fait la une des médias peu après le tsunami après avoir tiré des flèches sur l'hélicoptère survolant leur île. Ils sont aujourd'hui menacés par les braconniers qui viennent pêcher et plonger aux abords de l'île en quête de homards.

Stephen Corry, directeur de Survival International, a déclaré aujourd'hui : ‘Le contact avec le monde extérieur risque d'être fatal à cette tribu unique et vulnérable. L'administration locale a le devoir de garantir leur isolement tant qu'ils le souhaiteront – cet incident démontre bien que telle est leur volonté. Cette tragédie aurait pu être évitée si les autorités avaient appliqué les lois en vigueur'.

Les membres de la tribu ont tué deux hommes, Sunder Raj et Pandit Tiwari respectivement âgés de 48 ans et 25 ans, qui avaient passé la nuit dans leur embarcation au large de l'île de Nord Sentinele. Il est interdit de s'approcher à moins de 5 km de l'île afin de protéger les Sentinele de l'exploitation, de la violence et des maladies contre lesquelles ils ne sont pas immunisés. Mais un nombre croissant d'habitants des îles voisines s'y rendent pour pêcher le homard et chasser le cochon, privant ainsi la tribu de ses ressources essentielles.

La population sentinele est estimée à un nombre variant de 50 à 200. A la fin des années 1980 et au début des années 1990, des pilleurs d'épaves les décimèrent lorsqu'ils visitèrent l'île, armés, afin de récupérer le métal et les pièces d'un navire ayant échoué aux abords.

La tribu voisine des Jarawa a cessé de résister au contact avec l'extérieur en 1998. Ils sont aujourd'hui harcelés par des étrangers qui envahissent leur territoire pour braconner leur gibier, introduire de l'alcool et violer leurs femmes.

‘Afin d'éviter tout nouveau contact avec les Sentinele', Samir Acharya, membre de l'organisation écologiste locale SANE, recommande de ‘mobiliser les gardes-côte et la police pour contenir la pression des habitants locaux qui veulent récupérer les corps des deux pêcheurs'.


Pour plus d'informations
Magali Rubino
00 33 (0)1 42 41 44 10
[email protected]