Journée de l’Indien au Les Guarani se préparent à un bain de sang

Alors que le Brésil célèbre la journée de l'Indien le 19 avril, les Guarani, menacés d'être expulsés de leur territoire, prédisent un bain de sang. Les Indiens sont sur le point d'être repoussés vers la route où ils ont vécu dans des conditions misérables jusqu'en 2004.

La semaine dernière, un juge fédéral a ordonné l'expulsion des Guarani de Paso Piraju dans un délai de 30 jours. Les Indiens avaient été expulsés une première fois dans les années 1950 mais avaient finalement obtenu en 2004 un arrêt de la Cour leur permettant de retourner vivre sur une partie du territoire de Paso Piraju. Les éleveurs locaux ont contesté cette décision de justice et un juge a décrété que Paso Piraju n'était pas un territoire traditionnel guarani et que les Indiens l'avaient envahi.

Ce jugement a été rendu une semaine après que des Guarani, pensant être victimes d'une attaque, aient tué deux policiers en civil qui s'étaient introduits sur leur territoire dans une voiture banalisée. De nombreux leaders guarani ont été tués par des tueurs à gage et la communauté de Paso Piraju a été menacée par le fils d'un éleveur de la région.

‘S'il le faut, nous nous battrons jusqu'à la mort pour que notre communauté puisse rester sur notre territoire. Si la police nous expulse, beaucoup de sang coulera sur cette terre' a déclaré la semaine dernière Abaeté de Assis, originaire de Paso Piraju.

Entre 1940 et 1960, des milliers de Guarani ont été expulsés de leur territoire et placés dans de grandes ‘réserves'. La surpopulation a poussé de nombreux jeunes au suicide et des dizaines d'enfants sont morts de malnutrition ces deux dernières années.

Des Indiens venus de tout le Brésil doivent se retrouver cette semaine à Brasilia pour protester contre le bilan de l'action du gouvernement Lula vis-à-vis des peuples indigènes. Les leaders indiens rejettent la politique du gouvernement qu'ils qualifient de ‘rétrograde'.

Stephen Corry, directeur de Survival International, a déclaré aujourd'hui : ‘Le gouvernement de Lula a démontré qu'il savait faire le bon choix pour les Indiens quand il le voulait vraiment. Il y a un an, Lula reconnaissait enfin le territoire de Raposa Serra do Sol où les Indiens ont enduré des siècles de conflits et de violence. Mais dans le cas des Guarani, il semble qu'il y ait un manque de volonté évident de résoudre la question territoriale, sacrifiant au passage des centaines de vies'.

Pour plus d'informations
Magali Rubino  00 33 (0)1 42 41 44 10
[email protected]