Un rapport dénonce la montée alarmante de la violence et du suicide parmi les communautés indigènes


Le récent rapport du CIMI, une organisation indigéniste brésilienne liée à l'Eglise catholique, fait état du degré élevé de violence subie par les Indiens en raison de la spoliation de leurs terres. L'organisation révèle que plus de 40 Indiens en moyenne ont été assassinés chaque année entre 2003 et 2005. Durant cette même période, 24 Indiens en moyenne se sont suicidé chaque année.

Le rapport établit clairement qu'il existe un lien direct entre démarcation et violence : ‘Moins il y a de territoires démarqués, plus il y a de violence'.
 
Le dernier chapitre est consacré aux groupes non contactés. Le CIMI, qui estime à 60 le nombre de groupes isolés au Brésil, s'inquiète du sort de 17 d'entre eux menacés d'extinction imminente par les activités incontrôlées des colons, des exploitants forestiers et des grands propriétaires terriens.

Pour lire un résumé du rapport (en anglais) :
https://www.cimi.org.br/?system=news&action=read&id=1956&eid=340