Selon la CIDH, les Indiens isolés doivent être protégés

La Commission interaméricaine des droits de l’homme (CIDH) a exhorté le gouvernement péruvien à protéger certains groupes indiens parmi les plus isolés de la planète.

On sait peu de choses sur ces groupes, excepté leur volonté évidente d'éviter tout contact avec le monde extérieur. L'un d'entre eux, les Mashco-Piro, représentent une population d’environ 600 personnes.

Leur territoire a été envahi par des bûcherons qui exploitent illégalement quelques unes des dernières réserves d’acajou au monde. 90% de ce bois est exporté aux Etats-Unis.

N’étant pas immunisés contre les maladies importées de l'extérieur, les Indiens sont particulièrement vulnérables à toute forme de contact. Plus de la moitié des Murunahua sont morts après leur première rencontre avec des bûcherons en 1996.

La CIDH exhorte le gouvernement péruvien à "prendre les mesures nécessaires pour garantir la vie et l'intégrité physique des membres des groupes mashco-piro, yora et amahuaca vivant volontairement isolés dans le département du Madre de Dios". Elle lui demande en particulier de "prendre les mesures adéquates pour les protéger des dangers immédiats ou irréparables liés aux activités d'étrangers sur leurs territoires".

Stephen Corry, directeur de Survival International, a déclaré aujourd’hui : "Il s'agit ici d'un véritable rappel à l'ordre pour le gouvernement péruvien. Emanant de la plus importante institution des droits de l'homme d'Amérique latine il représente une étape importante pour les Indiens isolés et nous exhortons le Pérou à faire tout son possible pour les protéger".

Pour plus d’informations
Magali Rubino  00 33 (0)1 42 41 44 10
[email protected]