Le tourisme menace une tribu récemment contactée - Craintes de contagion de la grippe porcine.

Jarawa, îles Andaman.
Jarawa, îles Andaman.
© Salomé/Survival

En Inde, le jugement d'un tribunal fait courir un grave risque d’infection par le virus de la grippe porcine à une tribu récemment contactée.

La Cour des Iles Andaman a invalidé le projet d’aménagement d’une zone tampon autour de la réserve des Jarawa destinée à les protéger. Cette décision donne le feu vert à Barefoot India pour construire un complexe hôtelier au cœur de cette zone tampon, à proximité des limites de la réserve.

Les Jarawa, qui sont environ 320, ne sont en contact avec le monde extérieur que depuis 1998 et sont donc très vulnérables aux maladies allogènes. Le jugement permettra également à d’autres compagnies touristiques d’ouvrir des hôtels près de la réserve où un certain nombre de petits commerces sont déjà établis.

Survival estime que le complexe hôtelier Barefoot représente une grave menace pour la santé des Jarawa, en raison des risques potentiels de contagion auxquels sa clientèle les exposera.

De récentes études ont démontré que, même s’ils sont en contact depuis longtemps avec le monde extérieur, les peuples indigènes sont particulièrement menacés par la pandémie de grippe porcine. En raison de leur long isolement, les Jarawa qui ont déjà été exposés à des épidémies de rougeole, y sont excessivement vulnérables.

Plusieurs hôtes de Barefoot auront récemment voyagé dans des vols long-courriers. Les recherches montrent qu'environ 20% des passagers aériens développent des rhumes et autres infections virales dans les quelques jours suivant leur vol.

En réponse à la campagne de Survival contre ce projet hôtelier, le dirigeant de Barefoot, a accusé Survival de diffamation, de racisme et de publication de matériel ‘frisant la pornographie et promouvant la pédophilie’. Barefoot nie le fait que son hôtel représente une quelconque menace pour les Jarawa.

Stephen Corry, directeur de Survival International, a déclaré aujourd'hui : ‘Cette décision de justice est désastreuse pour les Jarawa. En contestant le projet d’aménagement d'une zone tampon destinée à protéger leur territoire, Barefoot a ouvert la voie au tourisme à deux pas de leur réserve. Il s’agit d’une tribu qui n'a des contacts amicaux avec le monde extérieur que depuis une dizaine d’années. Les effets d'une simple épidémie de grippe sur eux pourraient être dévastateurs. Les clients de Barefoot qui viendront des quatre coins du monde sont susceptibles d’être porteurs de virus mortels pour les Jarawa. La position de Barefoot est inacceptable et totalement irresponsable.’

Pour plus d’informations contacter Miriam Ross :
+44 (0)20 7687 8734 ou +44 (0)7504 543 367
[email protected]