Andaman : les autorités bravent une décision de la Haute Cour

L'administration des îles Andaman, possession indienne, a fait peu de cas d'une décision de la Haute Cour de justice qui avait ordonné, en 2002, la fermeture de la route traversant la réserve de la tribu isolée des Jarawa. Tant que cette route restera ouverte, les Jarawa seront à la merci de maladies qui leur sont fatales.

Cette tribu, récemment contactée, avait entrevu un nouvel espoir lorsque la Haute Cour avait rendu un jugement visant à protéger ses droits. Cette décision courageuse impliquait l'expulsion de tous les colons présents sur leur territoire et la fermeture de la route le traversant. Aujourd'hui, un an plus tard, la route est toujours ouverte et les Jarawa sont toujours menacés de maladies et d'exploitation. Le laxisme des autorités risque ainsi de faire disparaître l'une des dernières communautés indigènes des îles Andaman.

Les Jarawa sont des chasseurs-cueilleurs nomades qui ont réussi à résister durant 150 ans aux contacts avec les colons venus s'installer sur l'île. Ils vivent dans la forêt tropicale humide, chassent au moyen d'arcs et de flèches et sont demeurés hostiles au monde extérieur jusqu'à une période très récente.

Depuis 1948, des milliers de colons ont envahi le territoire jarawa. La ‘grande route andamane' a été construite illégalement au cœur de leur réserve dans les années 1970, favorisant ainsi des contacts de plus en plus fréquents avec des étrangers qui les privent de leurs ressources vitales de la forêt et leur apportent des maladies contre lesquelles ils ne sont pas immunisés. Un nombre inconnu de Jarawa a succombé à une épidémie de rougeole en 1999.

Survival International, lance aujoud'hui une campagne de lettres pressant les autorités de protéger les Jarawa. Stephen Corry, directeur de Survival a déclaré: ‘La décision de la Haute Cour indienne offre aux îles Andaman une chance historique, celle d'empêcher la disparition d'un peuple unique. Il ne faut pas perdre cette chance.'


Cliquez ici pour en savoir plus sur les Jarawa