L’anniversaire de la « découverte » de l’Amérique marqué par une épidémie de suicides

Tandis que le continent américain s'apprête à célébrer le 12 octobre l'anniversaire de la « découverte » de l'Amérique par Christophe Colomb (Columbus Day), une vague record de suicides sévit parmi les Indiens, au nord comme au sud. Dans une seule communauté indienne du Canada, quatre jeunes se sont donné la mort ces trois derniers mois. L'ancien chef du village, dont le propre neveu s'est pendu le 30 septembre, a qualifié cette vague de suicides ‘d'épidémie'.
 
Ces événements sont survenus dans la communauté innu de Natuashish au Labrador, dans le nord-est du Canada. D'autres communautés innu du Labrador et du Québec traversent de mêmes drames sociaux, que sont l'inhalation d'essence par les enfants et l'alcoolisme des adultes. Depuis plusieurs années, toutes les tranches d'âge sont touchées par des vagues de suicides mais la situation actuelle est la plus grave jamais connue.
 
Le rapport publié par Survival International il y a cinq ans, ‘Un Tibet au Canada, la mort programmée des Innu', dénonçait déjà l'escalade du problème et demandait instamment au gouvernement canadien de reconnaître le droit des Innu à vivre sur leur terre, mais peu de changements sont intervenus depuis.
 
À l'autre extrémité du continent, au Brésil, les Indiens guarani vivent la même tragédie. Depuis 1986, plus de 300 Indiens se sont donné la mort et parmi eux 26 enfants de moins de 14 ans. Cette tribu a été dépouillée de la majeure partie de ses terres.
 
En 1992, lors de la célébration du cinquième centenaire de la ‘découverte' du Nouveau Monde, le professeur Claude Lévi-Strauss dénonçait dans sa préface à l'ouvrage ‘Chroniques d'une conquête' publié par Survival : ‘Vu de l'autre bord ce fut plutôt celui de sa conquête et de son invasion. Depuis la fin du XVème siècle, cette Conquête a continué sans relâche, revêtant selon les temps et les lieux des aspects multiformes, qui, pour les peuples amérindiens, se traduisirent et se traduisent toujours par la destruction physique et morale, l'oppression politique, économique et religieuse.'
 
Stephen Corry, directeur de Survival International, souligne aujourd'hui que : ‘La responsabilité de ces années marquées par les suicides d'Innu échoie directement au gouvernement canadien. C'est sans aucun doute le déni de ses droits qui détruit ce peuple. Les Indiens ne le savent que trop bien. Ils savent également que si cette vague de suicides touchait des enfants blancs, le gouvernement prendrait des mesures immédiates. L'attitude du Canada reste profondément colonialiste, voire raciste. Ces récents suicides résonnent comme une sirène d'alarme mais le Canada reste dramatiquement sourd à cet appel au changement'.


Pour plus d'information, contacter :
Magali Rubino :  01 42 41 44 10 ou [email protected]