En images : menace sur les rennes

Les peuples indigènes du Grand nord dépendent des rennes pour se nourrir, voyager ou se vêtir.

Les peuples indigènes du Grand nord dépendent des rennes pour se nourrir, voyager ou se vêtir.

A cette époque de l’année, les rennes apparaissent partout, dans les vitrines, dans les coloriages enfantins, sur les cartes de vœux, dans l’imaginaire des gens… Cependant, pour les peuples indigènes du Grand Nord, ces animaux ne sont pas que les rennes du père Noël.

Devant le déclin dramatique du plus grand troupeau de rennes au monde et la répression qui s’abat actuellement sur l’organisation russe des “petits peuples” de Sibérie (RAIPON), dont beaucoup sont éleveurs de rennes, Survival International publie une galerie photos mettant en valeur la place centrale que tient le renne chez les peuples du Grand Nord.

Un renne evenk. La teneur en matière grasse du lait de renne est six fois plus importante que celui dune vache.

Un renne evenk. La teneur en matière grasse du lait de renne est six fois plus importante que celui dune vache.

© Raipon/Survival

Survival International mène campagne depuis des décennies pour les droits des éleveurs de rennes de Sibérie et du nord-est du Canada. Cette galerie photos raconte douze histoires liées aux rennes parmi lesquelles :

*En 1898, plus de 500 rennes accompagnés d’éleveurs Sámi ont traversé l’Atlantique en bateau, depuis la Norvège jusqu’à New York. Ils faisaient partie du ‘Projet Rennes’ qui consistait à introduire l’élevage de rennes chez les Inuit d’Alaska.
*Les Evènes possèdent un vocabulaire de plus de 1 500 mots pour décrire les parties du corps, les maladies, la nourriture et le comportement de leurs rennes.
*Les Nenets de la péninsule de Yamal en Sibérie se déplacent périodiquement avec leurs rennes sur des routes de migration très anciennes. Leurs terres et leur mode de vie sont menacés par l’extraction des ressources naturelles.
*Chaque automne, lors de leur migration annuelle, des centaines de rennes traversent les eaux gelées du fjord Kågsundet, en Norvège, depuis les pâturages d’été de l’île d’Arnøy jusqu’aux terres hivernales du continent.

Mais aujourd’hui, le développement de grands projets industriels dans les régions arctiques et sub-arctiques menace la vie des éleveurs de rennes.

Les projets industriels canadiens détruisent les pâturages des rennes.

Les projets industriels canadiens détruisent les pâturages des rennes.

© Alex Andrew

Les routes migratoires sont affectées, les pâturages sont détruits et les grands troupeaux sont réduits à une infime portion de leur taille originelle.

Les Nenets disent que ’le renne est [leur] maison, [leur] nourriture, [leur] source de chaleur et [leur] moyen de transport’.

Stephen Corry, directeur de Survival International, a déclaré aujourd’hui : ‘Pour la plupart des gens, les rennes sont étroitement associés à cette période de l’année. Mais peu d’entre nous savent que ces animaux tiennent une place centrale dans l’histoire et le mode de vie de nombreux peuples du Grand nord et que l’exploitation des ressources naturelles de l’Arctique en pleine expansion constitue pour eux une véritable tragédie’.

Visionnez la galerie photos ‘Peuples des rennes’