Une initiative des Indiens innu en direction des jeunes générations

Quatre ans après sa venue à Londres pour la sortie du rapport de Survival Un Tibet au Canada, la mort programmée des Innu, Jean-Pierre Ashini revient en Europe présenter une nouvelle initiative qui vise à rétablir le contact des jeunes Innu avec leur terre.

La nuit précédant le lancement du rapport, lun des thèmes abordés, le fort taux de suicide des Innu depuis leur sédentarisation forcée, a tragiquement été illustré par  le suicide dAndrew, le propre fils de Jean-Pierre Ashini.

La Fondation Tshikapisk a pour vocation de faire connaître à de jeunes adultes Innu leur histoire et les savoir-faire de la chasse traditionnelle innu. La fondation construit actuellement un centre culturel sur le site du Lac Kamestastin, un spectaculaire cratère de météorite rempli d'eau, situé au cœur du territoire innu.

Le centre tirera ses revenus des touristes qui viendront pour la riche faune locale et les opportunités de randonnées et de pêche à la mouche. Ces revenus seront réinvestis dans des programmes d'éducation qui permettront aux jeunes Innu de prendre connaissance des compétences et des savoir-faire de la culture innu.

Jean-Pierre Ashini a déclaré durant cette nouvelle visite : 'Depuis la mort de mon fils il y a quatre ans, un grand nombre d'Innu ont mis fin à leurs jours. Actuellement, le problème passe inaperçu dans les médias canadiens mais la situation est pire que jamais car les jeunes Innu sont totalement coupés de leur propre identité. Toutes les institutions de la société canadienne détournent les jeunes de leur propre culture et les conduisent à une crise d'identité dont laboutissement est la drogue (notamment linhalation dessence), l'alcool et le suicide. Tshikapisk tente de résoudre certains de ces problèmes'.

Un autre problème soulevé par Ashini est l'interdiction unilatérale de la chasse au caribou imposée par le gouvernement de Terre Neuve et du Labrador. Selon Ashini, toutes les communautés Innu doivent participer de manière égale aux mesures conservatoires concernant le caribou. 'Le Canada a divisé le territoire des Innu en deux provinces mais nous ne sommes ni les Innu du Québec ni ceux du Labrador, nous ne sommes qu'un seul peuple avec les mêmes droits à notre propre mode de vie selon l'article premier du Pacte international relatif aux droits civils et politiques des Nations unies. Le droit à l'autodétermination des peuples autochtones implique que ces derniers doivent pouvoir disposer librement de leurs ressources et richesses naturelles et qu'ils ne peuvent être privés de leurs propres moyens de subsistance. Le Canada persiste à ignorer ses obligations internationales envers les Innu. Nous avons informé Survival International de ces mesures unilatérales prises par le gouvernement de Terre Neuve et du Labrador et ils [Survival] suivent de près la situation'.

Pour plus d'informations, contacter :
Magali Rubino :  01 42 41 44 10 / [email protected]