Des Indiens isolés d’Amazonie menacés de disparition

Un Indien awá dans sa forêt incendiée.
Un Indien awá dans sa forêt incendiée.

© Fiona Watson/Survival

Un rapport accablant qui vient de nous parvenir révèle que, durant l’année 2009, le territoire des Awá, des Indiens nomades, a été bien plus affecté par la déforestation que tout autre territoire indigène en Amazonie.

De 60 à 100 Awá ont réussi à rester isolés du monde extérieur, mais leur dernier refuge est en train d’être détruit. Les autorités n’ont pris aucune mesure pour expulser les bûcherons et les colons qui envahissent massivement leur territoire.

Ce rapport, publié par la FUNAI, le département des affaires indigènes du gouvernement brésilien, révèle que 31% de la forêt du territoire awá ont été illégalement abattus.

Les Awá en contact avec le monde extérieur sont environ 360. Ils sont répartis en plusieurs communautés dans trois des cinq territoires indigènes les plus touchés par la déforestation en 2009 – date des dernières données statistiques disponibles.

Des images satellites confirment que la déforestation de la région s’est considérablement accrue ces deux dernières décennies et s’étend désormais dans la région où vivent les Awá isolés.

Pire’i Ma’a, un Awá, a confié à un représentant de Survival : ‘Les bûcherons sont en train de détruire tout ce territoire… C’est une terre indienne… Leur présence me révolte, il n’y a plus de gibier, mes enfants ont faim’.

Visionner la vidéo d’un Awá dénonçant la déforestation

Les Awá qui se sentent menacés par l’afflux massif de bûcherons illégaux dans la région, n’osent plus partir à la chasse.

Un anthropologue brésilien a dénoncé que les Awá étaient confrontés à un véritable génocide et un représentant de la FUNAI a déclaré sur la chaîne brésilienne Globo TV qu’ils disparaîtront si les autorités ne prennent pas des mesures d’urgence.

(La chaîne britannique BBC2 a programmé demain à 21 h le documentaire ‘The Chinese are Coming’ (Les Chinois arrivent) sur l’impact dévastateur de la déforestation sur les Awá).

Les Awá isolés, qui sont l’un des deux derniers groupes de chasseurs-cueilleurs nomades du Brésil, dépendent totalement de leur forêt pour survivre. Nombre d’entre eux ont péri au cours de violents massacres perpétrés par les fermiers et les bûcherons

Tout contact avec le monde extérieur peut avoir des effets dévastateurs sur eux en raison de leur faible immunité face aux maladies allogènes.

Selon la loi brésilienne, le territoire awá devrait bénéficier d’une protection qui n’a jusqu’à présent pas été assurée par les autorités.

Stephen Corry, directeur de Survival International, a déclaré aujourd’hui : ‘Une véritable tragédie est en train de se dérouler sous nos yeux dont la cause est principalement due à l’inertie des autorités brésiliennes qui ne prennent pas les mesures nécessaires pour faire respecter la loi et protéger le territoire awá’.

Note aux rédactions : Le rapport de la FUNAI montre que les territoires indigènes d’Amazonie qui ont été les plus été affectés en 2009 sont ceux des Awá, de l’Alto Rio Guamá, de l’Arariboia, de l’Apyterewa, et de Cachoeira Seca. Les Indiens awá, y compris la plupart des groupes isolés, vivent dans trois de ces territoires : Awá, Alto Rio Guamá et Arariboia.