La police accusée pour son rôle dans le massacre de Bagua

Un manifestant blessé est battu par la police, Bagua, Pérou.
Un manifestant blessé est battu par la police, Bagua, Pérou.
© Marijke Deleu and Thomas Quirynen

Trois hauts responsables policiers et militaires ont été inculpés en rapport avec la mort de 33 Péruviens lors du conflit qui a opposé les Indiens d’Amazonie et les forces policières en juin 2009.

La violence avait éclaté dans la ville de Bagua, au nord de l’Amazonie péruvienne, après des mois de troubles occasionnés par une nouvelle législation ouvrant les territoires indigènes aux compagnies sans consultation préalable des principaux intéressés.

Selon le rapport de l’ombudsman du Pérou, vingt-trois policiers, cinq Indiens et cinq civils ont été tués et plus de 200 personnes ont été blessées au cours des manifestations. Des rapports non officiels ont avancé un nombre de victimes beaucoup plus élevé.

Le président Alan García, dont le mandat se termine cette année, a été fortement critiqué pour promouvoir des projets de développement controversés malgré l’opposition des Indiens du Pérou.

Des concessions d’exploitation ont été accordées aux compagnies pétrolières sur plus de 70% de l’Amazonie péruvienne et une série de barrages hydroélectriques menace de déplacer des dizaines de milliers d’Indiens.