Victoire juridique pour des Indiens d'Amazonie

Les Nanti sont lun des nombreux groupes isolés dont les terres sont convoitées par les compagnies pétrolières.

Les Nanti sont lun des nombreux groupes isolés dont les terres sont convoitées par les compagnies pétrolières.

© Survival

Une petite communauté d’Indiens d’Amazonie péruvienne a gagné un procès qui pourrait avoir des implications importantes sur les droits territoriaux des Indiens du pays.

Les Indiens Shipibo et Ese-eja de la communauté de Tres Islas, au sud-est du Pérou, avaient porté plainte devant les tribunaux contre l’intensification de l’exploitation forestière illégale et de l’orpaillage qui détruisaient ​​leur territoire.

Les précédentes tentatives de la communauté visant à fermer l’accès de leurs forêts aux bûcherons et aux orpailleurs avaient été contestées par les tribunaux régionaux.

La communauté a porté sa cause devant la plus haute instance juridique péruvienne, la Cour constitutionnelle, qui a confirmé leur droit de contrôler l’accès des étrangers sur leurs terres.

La Cour a statué que les terres des peuples indigènes sont d’une importance vitale pour leurs moyens de subsistance et leur survie et qu’ils doivent être en mesure de contrôler leur accès.

Toutefois, il n’est pas clair que cette décision puisse donner aux Indiens du pays le droit d’empêcher l’exploration et l’exploitation pétrolière et gazière à grande échelle qui affectent un nombre croissant d’Indiens du Pérou, y compris les groupes isolés.

De nombreuses communautés indiennes d’Amazonie péruvienne, en particulier dans la région du sud-est du département de Madre de Dios, ont été affectées ces dernières années par l’orpaillage massif et incontrôlé, le prix de l’or ayant atteint de nouveaux records.