Au nom de la protection de la nature, la vie de centaines de milliers de membres de tribus vivant dans les réserves de tigres indiennes est menacée. Le gouvernement indien les expulse en toute illégalité des territoires sur lesquels ils ont toujours vécu et dont ils ont toujours pris soin. Les tribus sont accusées de nuire aux animaux sauvages ; pourtant, loin de tuer les tigres, nombre d’entre elles les vénèrent et protègent leur environnement mieux que quiconque.

Les êtres humains et les tigres peuvent vivre au même endroit
“Baiga, réserve de tigres d’Achanakmar”

Une femme baiga du village de Rajak, menacée dexpulsion. Les villageois·e·s sont déterminé·e·s à rester et disent ne pas souhaiter quitter leur forêt.Une femme baiga du village de Rajak, menacée dexpulsion. Les villageois·e·s sont déterminé·e·s à rester et disent ne pas souhaiter quitter leur forêt.

© Survival

Les peuples tribaux de l’Inde vivent depuis des siècles en symbiose avec la jungle et ont contribué à son exceptionnelle biodiversité. D’après un Jenu Kuruba, « la forêt, les animaux et les tribus ne forment qu’un ».

Ce n’est pas un hasard s’il y a autant de tribus dans les réserves de tigres : elles savent coexister avec le tigre et ont soigneusement géré et protégé leur environnement pendant des générations. Ce sont les meilleurs défenseurs de l’environnement et gardiens du milieu naturel.

Les membres des tribus indiennes entretiennent d’étroites relations avec la forêt, dont elles dépendent pour leur survie. Plus que leur maison, la forêt est également un espace sacré synonyme de vie, de médecine, de nourriture. Les peuples autochtones la traitent donc avec amour et respect. Un Chenchu explique : « Nous aimons la forêt comme un enfant aime sa mère. »

La forêt est le lieu où résident les dieux et divinités des peuples autochtones. Les sites sacrés des Jenu Kuruba se trouvent dans la forêt, où ils vénèrent de petites statues de glaise. Les Mising, quant à eux, vénèrent la rivière et y envoient des embarcations en feuilles de bananier contenant des offrandes pour la divinité fluviale.

Une maison mising. Les expulsions de tribus hors du parc national de Kaziranga ont commencé il y a plus dun siècle ; certains villages ont été déplacés plusieurs fois à mesure que le parc sagrandissait – six extensions ayant eu lieu jusquà présent.Une maison mising. Les expulsions de tribus hors du parc national de Kaziranga ont commencé il y a plus dun siècle ; certains villages ont été déplacés plusieurs fois à mesure que le parc sagrandissait – six extensions ayant eu lieu jusquà présent.

© Survival

Malgré une végétation dense et abondante, les peuples tribaux n’ont pas besoin de cartes pour s’orienter dans la jungle. Ils en ont une connaissance intime et approfondie et en connaissent chaque arbre, chaque rocher et chaque ruisseau. Rien que pour la cuisine, les Soliga connaissent 45 différentes sortes de feuilles. Ils reconnaissent certains animaux individuellement à leur odeur. Ils peuvent déduire l’humeur d’un éléphant à partir de la posture de sa trompe.

La plupart des peuples tribaux entretiennent de petites parcelles agricoles et cueillent des fruits, des racines, des légumes et du miel, leur mets favori. (Les Jenu Kuruba aiment d’ailleurs tant le miel que leur nom signifie « récolteurs de miel » !) D’autres vivent de la pêche ou, comme les Mising, de l’élevage. De nombreux peuples autochtones, tels que les Baiga et les Soliga, avaient pour habitude de chasser et de pratiquer l’agriculture itinérante – jusqu’à ce que ces pratiques soient interdites. Pour les Baiga, labourer le sol à la charrue était proscrit, équivalant à « griffer le sein de la Terre Mère ». À présent, ils sont forcés de pratiquer l’agriculture sédentaire.

Alvéoles dabeilles récoltées par des hommes chenchu.Alvéoles dabeilles récoltées par des hommes chenchu.

© Survival

 

La symbiose entre les peuples autochtones et la forêt repose sur le respect des cycles de la nature et un sentiment de responsabilité envers les générations futures. Leurs coutumes dictent de ne pas prélever plus que ce qui est strictement nécessaire pour subvenir à leurs besoins et de ne rien gaspiller. Nombre d’entre eux suivent le principe selon lequel il faut rendre à la nature ce qu’elle nous donne. Lorsqu’ils grimpent haut dans les arbres pour récolter du miel, les Soliga gardent une partie de leur récolte pour eux mais en laissent aussi une partie près du sol pour les tigres, qui « ne peuvent grimper aux arbres pour récolter du miel eux-mêmes ». Les Baiga ne prennent de bois que sur les vieux arbres, permettant aux jeunes pousses de prendre leur place. Comme nous le disait une femme chenchu, « si des étrangers pénètrent dans la forêt, ils couperont tous les arbres et prendront tous les fruits, alors que nous ne coupons pas les arbres et ne prenons de fruits que pour notre propre consommation ».

Femme baiga woman expulsée de la réserve de tigres de Kanha.Femme baiga woman expulsée de la réserve de tigres de Kanha.

© Survival

Malgré ce que prétendent de nombreux défenseurs de l’environnement, la faune sauvage ne constitue ni une menace ni un danger pour les peuples tribaux. Ils rient du fait que certains pensent qu’ils ont peur du tigre et répondent qu’ils ont toujours cohabité. Beaucoup de peuples, tels que les Chenchu, vénèrent les tigres et les considèrent comme des divinités et des membres de leur famille spirituelle élargie, à l’instar d’autres animaux comme les léopards et les ours. D’autres, tels que les Baiga et les Mising, les voient comme des compagnons avec lesquels ils partagent la forêt. Les Soliga expliquent qu’ils n’ont pas peur de croiser la route d’un tigre. Même les enfants soliga savent qu’il suffit de les traiter de « gros chiens », une insulte qui semble suffisante pour les faire partir !

Enfant soliga. Réserve de tigres de BRT Hills.Enfant soliga. Réserve de tigres de BRT Hills.

© survival

Grâce à cette coexistence pacifique, les populations de tigres se portent bien dans les zones d’où les peuples tribaux n’ont pas été expulsés. Un recensement a récemment montré que la population de tigres avait augmenté bien plus que la moyenne nationale dans une réserve où le peuple soliga a été le premier à voir reconnu son droit à rester vivre dans une réserve de tigres.

Des études démontrent que les peuples autochtones savent, mieux que quiconque, prendre soin de leur environnement et qu’ils sont donc les mieux placés pour protéger les tigres et leurs forêts. Malgré cela, les mesures actuelles de conservation de la nature menacent de détruire en Inde ces gardiens de la nature et le patrimoine naturel en expulsant illégalement des communautés de leurs terres ancestrales et en criminalisant leurs activités de subsistance.

Homme mising. Parc national de Kaziranga.Homme mising. Parc national de Kaziranga.

© Survival

Par exemple, les Soliga avaient pour habitude d’allumer des feux sur des surfaces limitées afin de pratiquer l’agriculture itinérante, ce qui aidait à stopper la progression de la lantana, une plante invasive. Pourtant, le gouvernement a interdit le brûlis au nom de la protection de l’environnement et la lantana étouffe maintenant la forêt, ce qui rend plus difficile la recherche de nourriture pour certains animaux. Un Soliga nous a expliqué qu’ils étaient « les seuls à protéger la forêt en réalisant ces brûlis, parvenant à contrôler l’expansion de la lantana, alors que le Département des forêts […] n’a aucune idée de comment protéger la forêt ».

« Tant que nous étions là, la forêt était en sécurité, nous explique un Chenchu. Suite à notre expulsion, la forêt a été détruite. »

Pour les peuples autochtones d’Inde, le lien à la terre est viscéral et indispensable à la survie du tigre. « Comment pouvons-nous vivre sans la jungle ? » se demande un Baiga. D’autres Baiga ajoutent : « Comment la jungle peut-elle vivre sans nous ? »

En relation