Des villageois lani fuient l’armée indonésienne

Un membre de la tribu des Lani, Benny Wenda, qui vit actuellement au Royaume-Uni en tant que réfugié, a rapporté aujourd'hui que les habitants de son village natal dans la région de Pyramid en Papouasie, se terraient toujours après une attaque de l'armée en juillet dernier.

Le petit village de Moragame avait été abandonné après l'assaut de l'armée et ses habitants, trop effrayés à l'idée de rentrer chez eux, se cachent toujours dans la forêt. Les soldats continuent de patrouiller dans la région et d'intimider les habitants.

Plus tôt cette année, au moins cinquante personnes sont mortes de faim et de maladies après avoir été contraintes de quitter leurs maisons et leurs jardins lors d'une attaque similaire sur le village de Nggweyage au cours de laquelle trois personnes ont été tuées.

Lors de l'assaut contre Moragame, les soldats ont tiré sur deux hommes qui se sont réfugiés dans la forêt et qui n'ont pas été revus depuis. Ils ont également lacéré le visage et le corps du frère de Benny, Petto Wenda, à l'aide d'un rasoir et d'un couteau avant de l'asperger de pétrole et de l'immoler. Il se remet lentement de ses blessures.