Les Nations-Unies condamnent 'la destruction massive' des terres des Indiens isolés

Une femme totobiegosode qui a été chassée de la forêt, Chaco paraguayen.

Une femme totobiegosode qui a été chassée de la forêt, Chaco paraguayen.

© Ruedi Suter/Survival

Un haut responsable des Nations-Unies a condamné la ‘destruction massive des écosystèmes (paraguayens)’ qui pourrait anéantir les derniers Indiens isolés du pays.

Les Ayoreo isolés du Chaco au nord du Paraguay sont obligés de fuir les bulldozers qui détruisent leur forêt pour l’élevage et la production de viande bovine.

Comme tous les peuples indigènes isolés, les Ayoreo-Totobiegosode, risquent de disparaître si leur territoire n’est pas protégé.

Victoria Tauli Corpuz, rapporteur spécial des Nations-Unies pour les droits des peuples autochtones, a déclaré aux autorités paraguayennes : ‘(Les Ayoreo) ne peuvent vivre sans leurs forêts, sans elles leur culture disparaîtra’.

Survival a soumis un rapport en octobre dernier au rapporteur spécial avant son voyage au Paraguay dénonçant l’invasion illégale des terres ayoreo par les éleveurs de bétail qui a contribué à rendre le taux de déforestation de la forêt du Chaco le plus élevé au monde.

La compagnie brésilienne d’élevage bovin Yaguareté Porã détruit illégalement la forêt des Ayoreo, forçant les Indiens à fuir leur territoire dont ils dépendent pour leur survie.

Le rapporteur a constaté le déclin de l’état de santé des Indiens paraguayens, 87% d’entre eux n’ont pas accès aux services de santé.

Suite au premier contact, de nombreux Ayoreo succombent à des maladies respiratoires contre lesquelles ils n’ont aucune immunité.

‘Ma recommandation générale à l’Etat paraguayen est qu’il garantisse les droits et les ressources des Ayoreo-Totobiegosode’ a déclaré Victoria Tauli Corpuz.