Des leaders bushmen brutalisés en détention

Nous avons appris hier que les leaders bushmen arrêtés le 24 septembre dernier ont été brutalisés par des officiers de police, dont le commissaire du district, lors de leur détention. Les Bushmen avaient été arrêtés alors qu'ils tentaient d'apporter eau et nourriture à leurs familles restées dans la Réserve du Kalahari central.

Ces hommes représentent l'organisation bushman First People of the Kalahari qui lutte pour leurs droits à retourner sur leur territoire ancestral. Un porte-parole de l'organisation a déclaré : ‘Parmi les cinq personnes qui ont été brutalisées par la police lors de leur détention, quatre appartiennent à First People of the Kalahari. Il est évident que nous sommes visés par le gouvernement'.

Le porte-parole a également rapporté que le leader Roy Sesana se trouvait parmi les victimes : 'Sesana était assis dans la voiture, il a levé les mains. Ils l'ont menotté puis, alors qu'il était sans défense, Ishmael [le commissaire de police] l'a frappé sur les cuisses. Une fois à terre, ils l'ont piétiné avec leurs grosses bottes'.

La police a lancé des gaz lacrymogènes et ouvert le feu sur les Bushmen tandis qu'ils essayaient de rentrer dans la Réserve. L'un d'entre eux a été atteint à la mâchoire et serait très gravement blessé. Les Bushmen n'étaient pas armés.

Au total, 28 Bushmen ont été arrêtés et ont passé quatre jours en prison. Ils ont été relâchés mardi sous caution. Ils sont accusés de ‘rassemblement illégal' et risquent jusqu'à un an de prison s'ils sont reconnus coupables.
Parmi ces 28 personnes se trouvaient sept enfants dont un bébé de sept mois.

Un porte-parole bushman a déclaré : ‘Peu importe ce qu'ils nous font, nous continuerons notre lutte pacifique pour nos droits territoriaux'.  


Pour plus d'informations
Magali Rubino  00 33 (0)1 42 41 44 10
[email protected]