Oxford : expulsés pour port de T-shirt ‘insultants’


Vendredi dernier, vingt-cinq sympathisants de Survival International ont été expulsés de la prestigieuse Oxford Union par des agents de sécurité pour ‘port de T-shirt insultants' et pour avoir posé ‘des questions injurieuses'. Tous étaient membres ou invités de l'Union.

Le président du Botswana, Festus Mogae, qui était invité par l'Union à prononcer un discours promouvant le régime démocratique de son pays, a été interpellé par des étudiants qui protestaient contre les persécutions que fait subir son gouvernement aux pacifiques Bushmen expulsés de leur territoire ancestral du Kalahari. Trois Bushmen, dont un enfant, ont été récemment blessés par balles ; leurs leaders ont été arrêtés, emprisonnés et inculpés de ‘regroupement illégal'.

Les manifestants qui portaient un t-shirt au slogan : 'Botswana police shoot Bushmen'  (la police botswanaise tire sur les Bushmen) ont accueilli le président à son entrée et à sa sortie des bâtiments de l'Union en le huant aux cris de : ‘Pourquoi persécutez-vous les Bushmen ?' et ‘Laissez les Bushmen rentrer chez eux'. Sa seule réponse fut un geste obscène.

Les membres de l'Union qui l'interrogèrent durant la conférence sur sa politique vis-à-vis des Bushmen furent eux aussi contraints de quitter les lieux.

Stephen Corry, directeur de Survival International, se trouvait parmi les personnes expulsées. Il a déclaré aujourd'hui : « L'Oxford Union prétend avoir pour principes ‘la diversité et le franc-parler' et le ‘libre-échange d'idées'. Il semble au contraire qu'elle ait retenu les leçons des autorités botswanaises qui n'hésitent pas à expulser quiconque se permet de les défier ».

Un réfugié chilien qui faisait partie du groupe des manifestants a déclaré : ‘L'attitude des membres de l'Oxford Union me rappelle celle des sbires du général Pinochet'.