Brésil : un peuple non contacté menacé par les complots d’un sénateur

Le sénateur Zequinha Marinho fait pression pour que la zone de forêt tropicale d‘Ituna Itata, connue pour être le territoire d‘Indiens non contactés, soit dépouillée de sa protection et ouverte aux accapareurs de terres et aux colons.

Le sénateur Zequinha Marinho fait pression pour que la zone de forêt tropicale d‘Ituna Itata, connue pour être le territoire d‘Indiens non contactés, soit dépouillée de sa protection et ouverte aux accapareurs de terres et aux colons.

© Survival

Le territoire autochtone d’Ituna Itatá (“Odeur du feu”) au Brésil, qui abrite des Indiens non contactés, est gravement menacé après qu’il ait été révélé qu’un sénateur brésilien complotait pour l’ouvrir aux colons, aux bûcherons, aux éleveurs et aux mineurs.

L’organisation brésilienne OPI a signalé que le sénateur Zequinha Marinho – qui a des liens étroits avec le lobby minier et celui de l’élevage, et qui est également membre de l’église évangélique controversée Assemblées de Dieu – a écrit au bureau du président brésilien pour demander qu’une partie des protections actuelles du territoire soit révoquée. L’objectif est d’ouvrir à terme l’ensemble de la zone.

Située dans l’État amazonien du Pará, le territoire d’Ituna Itatá n’est habité que par des Indiens non contactés et déjà fortement ciblé et envahi par des accapareurs de terres et des bûcherons. L’exploitation forestière illégale y augmente de manière exponentielle, le rendant ainsi le territoire autochtone brésilien au taux de déforestation le plus élevé l’an dernier.

Une autre menace sérieuse pour la région provient de la société minière canadienne Belo Sun qui prévoit de développer la plus grande mine d’or à ciel ouvert du pays à quelques kilomètres de là. Pourtant le territoire aurait dû être cartographié et protégé il y a des années – c’était l’une des conditions pour l’approbation du projet de barrage géant de Belo Monte, situé à proximité.