Des Indiens isolés célèbrent une victoire territoriale

Deux groupes parmi les plus petits et les plus isolés du Brésil vont avoir un avenir plus serein après la démarcation de leur territoire par le président Lula. La signature du décret reconnaissant officiellement leur territoire a été effectuée le 19 avril, journée nationale de l'Indien au Brésil.

Les six membres du groupe Akuntsu sont probablement les derniers survivants de leur peuple. Ils furent contactés en 1995, en même temps que leurs voisins, les Kanoê, par des enquêteurs de la Funai, le département brésilien des affaires indiennes. Les éleveurs de bétail qui ont massivement envahi leur forêt ont tué la plupart d'entre eux, détruit leurs maisons et leurs modes de vie. Il ne reste que trois Kanoê dans la région.

Les survivant s ont raconté que les bulldozers détruisaient leurs maisons commuautaires  tandis que les colons armés tuaient les membres de leurs familles au cours de violents affrontements et que les autres mouraient de maladies introduites.

Les 6 Akuntsu et les 3 Kanoê vivent dans deux villages de la région de Omerê dans l'Etat de Rondônia. Ils sont encerclés par de vastes fermes d'élevage dont les propriétaires sont déjà parvenus à réduire leur territoire de manière substantielle.

La convoitise de l'un des fermiers était telle que même après que la Funai ait démarqué le territoire, il a délibérément tenté d'exterminer les Kanoê en leur offrant de la nourriture empoisonnée. Une mère kanoê et son enfant en sont morts. Aujourd'hui, pour la première fois depuis des décennies, ils peuvent vivre en paix, sans la crainte constante d'être envahis.