Les plaidoiries du procès des Bushmen prévues en août

Les avocats des Bushmen gana et gwi qui ont intenté un procès au gouvernement du Botswana pour obtenir le droit de retourner vivre sur leur territoire ancestral, dans le Kalahari, présenteront leurs conclusions devant la Haute Cour du Botswana en août prochain.

Survival espère que le jugement sera rendu en septembre ou en octobre prochain.

Ce procès, désormais historique, a été le plus long de l'histoire judiciaire du Botswana, alors même qu'il est intenté par les habitants les plus pauvres du pays.

Bushmen du Kalahari central au Botswana

Les dépositions des témoins ont pris fin il y a deux semaines avec le témoignage de Pelonomi Venson, citée par le gouvernement. Mme Venson a pris ses fonctions de ministre de la Faune, de la Flore et du Tourisme en 2002, peu après le début de l'expulsion, entre février et juin de la même année, d'environ 700 Bushmen de leur territoire de la Réserve naturelle du Kalahari central. Contrairement à ce qui était attendu, la ministre directement responsable de la supervision des expulsions, Margaret Nasha, n'a pas été appelée à témoigner par le gouvernement. Aucune explication justifiant son absence n'a été donnée.

Mme Venson a affirmé que le gouvernement ne considérait pas la chasse et la cueillette comme faisant partie de la ‘culture' d'un peuple. Les Bushmen gana et gwi considèrent pourtant ces activités comme essentielles à leur survie en tant que peuple, tant sur le plan matériel que spirituel. Ces dernières années, l'interdiction faite aux Bushmen de pratiquer la chasse et la cueillette dans les camps de relocalisation situés à l'extérieur de la Réserve ont abouti à de graves problèmes sanitaires, à l'effondrement de leur culture et les a presque totalement rendus dépendants des subsides de l'Etat.

Interrogée sur les motivations qui ont conduit le gouvernement à expulser les Bushmen, Mme Venson a déclaré : ‘Notre principal objectif est l'intégration de cette société. Nous voulons promouvoir cette intégration'.

Mme Venson a également été questionnée sur les affirmations selon lesquelles le gouvernement aurait expulsé les Bushmen pour pouvoir exploiter les gisements de diamants découverts sur leur territoire. Elle a répondu : ‘Un tel développement pourrait avoir lieu, il s'agit d'un débat ouvert. Je ne peux rien affirmer de manière définitive. Quel que soit l'endroit où sont découverts des gisements, ils seront exploités au profit du Botswana'. Elle a ajouté que l'endroit exact où se trouveraient ces gisements n'était pas important car 'l'intérêt principal – celui du bienfait national – primerait sur toutes les autres considérations'.