Lancet : la santé des peuples indigènes en danger

L'hebdomadaire médical The Lancet, en collaboration avec London School of Hygiene and Tropical Medicine et Survival International, a lancé cette semaine une série d'articles de fond sur la situation sanitaire catastrophique des peuples indigènes à travers le monde.

Cette série d'articles démontre que l'état de santé des peuples indigènes qui ont souffert de la colonisation et de la dépossession de leurs terres, aussi bien dans les pays riches que pauvres, est nettement plus inquiétant que celui du reste de la population.

En Australie, l'espérance de vie d'un Aborigène est de 59 ans contre 77 ans pour le reste de la population masculine. Le taux de mortalité infantile chez les Aborigènes est trois fois supérieur à la moyenne nationale. Les Guarani du Brésil connaissent le taux de suicide le plus élevé de tout le continent sud-américain.

Stephen Corry, directeur de Survival International, a déclaré aujourd'hui : ‘La situation sanitaire dramatique des peuples indigènes est l'héritage de siècles de colonisation, de misère et de spoliation de leurs terres et de leurs ressources. Il s'agit d'une des causes humanitaires les plus urgentes du XXIe siècle'.

Survival défend les peuples indigènes isolés menacés de disparition par des maladies contre lesquelles ils ne sont pas immunisés et par la spoliation de leurs terres. Les Jarawa, des îles Andaman en Inde, ont récemment été terrassés par une épidémie de rougeole, la seconde depuis leurs premiers contacts avec le monde extérieur. Les Akuntsu d'Amazonie brésilienne ont été presque totalement exterminés par des maladies introduites par les éleveurs qui ont brutalement envahi et détruit leur territoire. Ils sont aujourd'hui réduits à une population de six personnes tandis que leurs voisins, les Kanoê, ne sont plus que trois survivants.

Cliquez ici pour accéder au site de la revue.