Nouvelles arrestations alors que la persécution des Bushmen s’intensifie.

L'acharnement des autorités botswanaises à l'encontre des Bushmen surpris à chasser pour nourrir leurs familles est entré dans une nouvelle phase. Survival a été informée que cinq Bushmen avaient été arrêtés la semaine dernière dans le camp de relocalisation de Kaudwane pour avoir chassé des duikers [petites antilopes].

Leurs familles sont restées sans nouvelles depuis leur arrestation et craignent qu'ils aient été emmenés dans le campement des gardes forestiers situé à l'entrée de la Réserve naturelle du Kalahari central où de nombreux Bushmen ont été torturés par le passé.

L'un des chasseurs, Maarama, avait déjà été arrêté et torturé par des gardes forestiers. Interrogé un peu plus tôt cette année par l'organisation bushman First People of the Kalahari dans le camp de Kaudwane, il avait déclaré : ‘Je ne veux pas vivre ici ; les gens me harcèlent, m'arrêtent sans raison, me torturent sans raison, tentent de mettre fin à ma vie. Je veux retourner sur ma terre natale, ce ‘développement' me torture pour rien. J'espère pouvoir y retourner dès que possible'.

Ces dernières arrestations ont eu lieu quelques jours seulement après que deux autres Bushmen aient été arrêtés et inculpés pour avoir illégalement chassé dans la Réserve.