l’ONU doit examiner le cas du Botswana

Survival a soumis au Comité des droits de l’homme des Nations-Unies un rapport sur la réticence du gouvernement botswanais à mettre à exécution le verdict de la Haute Cour rendu en décembre 2006 en faveur des Bushmen du Kalahari.

Lundi prochain, lors d'une session de travail du Comité, le Botswana fera l'objet d'un examen portant principalement sur son attitude à l’égard du Pacte international relatif aux droits civils et politiques.

Depuis que le verdict a été rendu en décembre dernier, le gouvernement refuse d’autoriser les Bushmen à chasser dans la Réserve. 21 Bushmen ont récemment été arrêtés pour avoir chassé. Il leur interdit également de rapatrier leurs troupeaux de chèvres ou de puiser leur propre eau. Il prétend que seuls quelques Bushmen parmi ceux qui ont été expulsés ont le droit de retourner dans la réserve et refuse de leur fournir des moyens de transport.

Le président du Botswana a rendu visite à de nombreux Bushmen expulsés pour tenter de les dissuader de rentrer chez eux.

Le rapport conclue ainsi : « Survival International prie le Comité d’enjoindre le gouvernement botswanais à appliquer intégralement le verdict de décembre 2006 dans un esprit de justice et d’équité envers ses citoyens ».

Stephen Corry, directeur de Survival International, a déclaré aujourd’hui : « En dépit du verdict de la Haute Cour, le gouvernement botswanais s’obstine à tenir les Bushmen à l’écart de leurs terres ancestrales. Seuls quelques uns d’entre eux ont eu le droit d’y retourner sans autorisation, mais ils ne peuvent ni chasser ni atteindre leurs réserves d’eau et n’ont pas pu emmener avec eux leurs troupeaux de chèvres. En d’autres termes, ils peuvent y retourner s’ils ne comptent ni boire ni manger ».

Téléchargez le rapport de Survival (en anglais) en cliquant ici.