Les avocats des compagnies pétrolières nient l'existence des Indiens isolés

Les avocats défendant les intérêts des compagnies pétrolières ont affirmé qu'aucun Indien isolé ne vivait dans la région que celles-ci voulaient exploiter.

Ces propos ont été tenus au cours de l’audience du tribunal chargé d’examiner une requête présentée par l'AIDESEP, l’organisation des Indiens d’Amazonie péruvienne, visant à interdire l’exploitation par les compagnies Perenco et Repsol-YPF des lots 67 et 39 où vivent au moins deux groupes d'Indiens isolés.

Bien que les compagnies aient déjà reconnu l'existence de ces groupes, leurs avocats nient leur présence dans la région. Barrett Resources, récemment acquise par Perenco, s'était pourtant attirée les foudres des Indiens péruviens après avoir rendu public son projet de "communiquer" avec les Indiens à l'aide de mégaphones au cas où leurs équipes viendraient à entrer en contact avec eux.

On estime que le gisement découvert par Perenco est le plus important au Pérou depuis 30 ans et le président péruvien Alan Garcia a fait part de son souhait de voir le pétrole transformer l'économie nationale.

L'AIDESEP a également demandé au juge que le Ministère des mines et Perupetro  n’autorisent pas d'autres compagnies à opérer sur des terres habitées par des Indiens isolés en Amazonie. Les avocats n'ont pas nié l'existence d'Indiens isolés dans d'autres régions du Pérou.

La Cour devrait rendre sa décision dans les prochains jours.