Des Indiens d'Amazonie manifestent contre le gouvernement

Des milliers d'Indiens d'Amazonie protestent contre la politique du gouvernement péruvien. Ces manifestations ont commencé il y a plus d'une semaine et on estime qu'environ 14 000 Indiens venant de toutes les régions d'Amazonie péruvienne sont impliqués.

Un route et une rivière ont été bloquées, des bateaux d'une compagnie d'exploitation gazière ont été interceptés, un pipeline a été fermé et une centrale hydroélectrique a été occupée.

Ces mouvements de protestation font suite aux nouvelles lois adoptées par le gouvernement qui, selon les Indiens, bafouent leurs droits et facilitent la prise de contrôle de leurs territoires par des compagnies.

"[Nous] sommes victimes de la violation systématique de nos droits fondamentaux par l'Etat péruvien " a déclaré l'AIDESEP, l'organisation des Indiens d'Amazonie péruvienne. "Le responsable est le président Alan Garcia qui a violé la Constitution nationale et les accords internationaux protégeant les droits des peuples indigènes".

L'AIDESEP et d'autres leaders indigènes ont entamé des négociations avec des membres du gouvernement mais ce dialogue est actuellement suspendu. Le Premier ministre péruvien a déclaré que ces pourparlers pourraient reprendre si un terme était mis aux manifestations.

Le mouvement a commencé le 9 août, date de la journée internationale des peuples indigènes décrétée par les Nations-Unies. L’un des principaux griefs des Indiens porte sur l'attitude du gouvernement qui ne les a pas consultés sur cette nouvelle législation, en violation du droit international et de la récente Déclaration des droits des peuples indigènes des Nations-Unies.

L'AIDESEP appelle à maintenir "indéfiniment" leur mouvement tant que leurs revendications ne seront pas acceptées, notamment l'abrogation de 39 lois promulguées pour faciliter l’investissement privé sur les territoires indigènes.