Un Nahua. Peu après leur premier contact, plus de 50% des Nahua ont été décimés.

Un Nahua. Peu après leur premier contact, plus de 50% des Nahua ont été décimés. © Survival

Cette page a été mise à jour pour la dernière fois le Août 15, 2018 et pourrait contenir des termes obsolètes.

Au cours d’une réunion organisée par l’INDEPA, le département péruvien des affaires indigènes, l’organisation des Indiens d’Amazonie, AIDESEP, a exhorté le gouvernement péruvien à créer 5 nouvelles réserves pour les Indiens qui vivent en isolement volontaire dans des zones reculées de la forêt amazonienne.

Alberto Pizango Chota, président de l’AIDESEP, a fait ressortir que la compagnie franco-britannique Perenco est présente dans l’une de ces éventuelles nouvelles réserves.

‘Qu’est-ce que le développement ?’ a demandé Pizango Chota. ‘Cela ne consiste pas à détruire l’environnement, mais au contraire à le préserver, à le protéger et à lui permettre de prospérer. C’est comme cela que nous, peuples indigènes, concevons le développement.’

La réunion de l’INDEPA a eu lieu mardi 31 mars, à Iquitos, capitale de l’Amazonie péruvienne. Cinq réserves ont déjà été créées pour les Indiens isolés, mais les compagnies pétrolières sont autorisées à y travailler et les bûcherons illégaux les envahissent constamment.



Partager

  • Facebook
  • WhatsApp
  • Copy