Indonésie: assassinat d'un leader papou et déploiement militaire

Tous les peuples indigènes de Papouasie ont souffert de l'occupation indonésienne depuis 1963. L'armée s'est rendue coupable d'une longue série de violations des droits de l'homme à l'encontre des Papous – assassinats, arrestations arbitraires, viols, torture. Les ressources naturelles sont exploitées au plus grand profit du gouvernement indonésien et des entreprises étrangères, au détriment des Papous et de leur terre ancestrale.

Les Papous qui protestent contre le gouvernement indonésien, l'armée ou les 'projets vitaux' voient systématiquement leurs droits humains bafoués. En novembre dernier, Theys Eluay, chef de la tribu sentani et important leader politique indépendantiste de Papouasie, était assassiné. Les organisations locales de droits humains et la police en font porter la responsabilité sur des membres des forces spéciales de l'armée, Kopassus. Les Papous insistent pour que soit effectuée une enquête indépendante afin d'identifier les responsables et établir leurs mobiles – le fait qu'aucune initiative n'ait été prise dans ce sens a provoqué colère et ressentiment parmi les Papous. Plusieurs militants d'organisations de droits humains ont également reçu des menaces de mort.

La nouvelle présidente indonésienne a adopté une attitude sans compromis devant la volonté d'indépendance des Papous, refusant tout dialogue sur cette question. En novembre également, le gouvernement annonçait que 50 bataillons militaires et policiers supplémentaires seraient envoyés en Papouasie et dans d'autres zones de conflit. Ce déploiement militaire massif aura de graves conséquences pour les 1,2 million autochtones de Papouasie avec la recrudescence de manœuvres d'intimidation, de meurtres et de tortures qu'il provoquera. Écrivez une lettre au gouvernement indonésien pour lui exprimer votre préoccupation sur cette situation.