Selon un expert, les Bushmen vivraient mieux dans la Réserve du Kalahari

Arthur Albertson, un écologiste spécialiste du Kalahari, a affirmé cette semaine devant la Haute Cour du Botswana que les Bushmen gana et gwi menaient une vie meilleure dans le Kalahari central où ils pouvaient pratiquer la chasse et la cueillette que dans les camps de relocalisation du gouvernement où ils ont été parqués après leur expulsion. Albertson a également observé que l'impact des Bushmen sur la faune et la flore du Kalahari était minime et que ces dernières connaissaient même un accroissement notable.

Le procès historique que les Bushmen intentent au gouvernement du Botswana a repris cette semaine et devrait durer jusqu'au 16 juin prochain. Les Bushmen luttent afin de pouvoir retourner sur leur terre dans la Réserve du Kalahari et y pratiquer librement la chasse et la cueillette.

Le procès, commencé en juillet 2004, a depuis subi plusieurs interruptions et reports d'audience. Neuf témoins seulement ont pu déposer devant la Cour et vingt jours ont été consacrés au seul témoignage d'Arthur Albertson. Sydney Pilane, l'avocat du gouvernement, a annoncé cette semaine son intention de convoquer trente témoins à la barre. Il semble d'ailleurs déterminé à ralentir le déroulement du procès en faisant objection à chaque question posée par l'avocat des Bushmen.

La controverse entourant ce procès a récemment pris un tour nouveau depuis que le gouvernement a tenté de faire passer au Parlement une loi qui supprimerait une clause constitutionnelle protégeant les droits des Bushmen, cette clause représentant un argument majeur pour leur défense.

Photos et vidéos disponibles

Pour plus d'information, contacter :
Magali Rubino :  01 42 41 44 10 ou [email protected]