Le département d’État américain déclare que le gouvernement du Botswana « a forcé les Bushmen à abandonner leurs communautés ancestrales »

Un rapport sur les droits de l'homme rendu public cette année par le
gouvernement américain affirme que le gouvernement du Botswana « a relogé de force » les Bushmen hors de leur terre ancestrale.
 
Le « Rapport sur le respect des droits de l'homme dans le monde » déclare
qu'à la fin de l'année 2003, ‘les Basarwa [Bushmen] vivaient toujours dans
des camps de relocalisation après que le gouvernement les ait forcés à
abandonner leurs communautés ancestrales de la CKGR [Réserve de Gibier du Kalahari Central]…'.
 
Le rapport ajoute qu'‘en  avril 2002, le gouvernement a relogé de force tous
les Basarwa de la CKGR dans les camps de Kaudwane, New Xade et Xere, créés par le gouvernement, où les équipements sont devenus insuffisants face au doublement de la population sans apport financier complémentaire. Durant
toute l'année, les Basarwa ont souffert du manque de services et «d'opportunités » dans les camps de relocalisation'.
 
Deux représentants Bushmen effectuent actuellement une tournée aux Etats-Unis afin de mobiliser l'opinion publique sur l'expulsion dont ils ont été
l'objet. Une rencontre avec des membres du Congrès est prévue à la fin du
mois.
 
Stephen Corry, directeur de Survival, a déclaré aujourd'hui : ‘Ce rapport a
une portée considérable dans la mesure où il confirme qu'aucun observateur
indépendant, ni même les plus proches alliés du Botswana, ne croit le
gouvernement quand il soutient que les Bushmen sont volontairement partis
'.

Pour plus d'information, contacter :
Magali Rubino :  01 42 41 44 10 ou [email protected]