Un juge favorable aux Wichí condamne des propriétaires terriens

Une communauté d'Indiens wichí vient de remporter une victoire décisive dans sa lutte territoriale, devant une violente campagne menée par des propriétaires terriens fantômes.

Les terres ancestrales des Indiens wichí  du village de Hoktek T'oi, de la province de Salta, au nord de l'Argentine, ont été spoliées par de puissants hommes d'affaires et politiciens qui résident à des milliers de kilomètres de là. Ils ont fait raser au bulldozer et incendier d'immenses parties de leurs forêts, les transformant en plantations de coton ou de haricots. à plusieurs reprises, le village a été aspergé de pesticides et les Wichí ont dû s'interposer physiquement pour retenir les bulldozers qui s'apprêtaient à détruire leurs maisons, leurs sites funéraires et leurs dernières parcelles de forêt. Plusieurs autres villages wichí proches ont subi le même traitement.

Les Wichí  ont intenté une action juridique contre un proprétaire terrien qui s'apprêtait à raser les derniers 17 hectares de leur forêt, à proximité de leur village. Survival a écrit au juge, l'exhortant à rendre justice aux Wichí. Dans son verdict, le juge a statué que la terre appartient bien aux Indiens. L'appel du propriétaire a été rejeté.

Les Wichí ont écrit à Survival exprimant leur profonde gratitude : ‘Le résultat que vous avez obtenu pour notre défense, prouve qu'il existe une force bien plus importante que les obstacles auxquels nous sommes confrontés.'