Six enfants indigènes meurent de malnutrition en Argentine

Fillettes wichí, rio Pilcomayo, Argentine.
Fillettes wichí, rio Pilcomayo, Argentine.

© Survival International

Un bébé wichí de dix-huit mois est le plus jeune des six enfants indiens morts de malnutrition la semaine dernière dans la province de Salta, au nord de l’Argentine.

Julián Darío Pérez a été réadmis à l’hôpital après en être sorti la semaine précédente et a été déclaré mort mercredi d’un ‘choc septique provoqué par la malnutrition’.

Selon le quotidien argentin ‘La Voz’, des dizaines d’enfants sont actuellement traités pour déshydratation ou malnutrition dans la région.

L’Association des professionnels de la santé de Salta a répondu aux accusations du gouvernement contre le personnel hospitalier. ‘Elles (les autorités gouvernementales) ont tenté de se décharger de leur responsabilité politique à l’égard de la faim chronique et du manque d’eau potable qui sont les véritables causes de ces récents décès et de nombre d’autres qui auraient pu être évités’.

Les Wichí sont les habitants autochtones du bassin du rio Pilcomayo dans le nord de l’Argentine. Leurs terres, autrefois fertiles, ont été régulièrement spoliées par les éleveurs de bétail, les agriculteurs et les colons les réduisant à la pauvreté après les avoir dépossédés de la plus grande partie de leur territoire.

Comme beaucoup de peuples indigènes dans le monde, les Wichí accusent un taux disproportionné de malnutrition et de famine, ‘Le manque criant de soins est endémique au sein des communautés indigènes’, a déclaré un médecin de Salta.